Bosch milite pour les carburants de synthèse

696
bosch eFuel
Source : Bosch

Bosch défend l’utilisation des carburants de synthèse pour réduire les émissions de CO2 du transport. « Près de la moitié des véhicules qui seront en circulation en 2030 ont déjà été vendus et sont, pour la majorité, équipés de moteurs essence ou diesel », rappelle l’équipementier allemand. Or, ces moteurs peuvent être alimentés en carburants de synthèse produits à partir d’énergies renouvelables, aussi appelés eFuels.

En pratique, la technique consiste à produire de l’hydrogène par électrolyse de l’eau à partir d’électricité d’origine renouvelable, puis à y ajouter du CO2 pour obtenir de l’essence, du diesel, du gaz ou du kérosène. « Dans l’idéal, le CO₂ utilisé dans cette fabrication provient de l’air ambiant, transformant ainsi les gaz à effet de serre en matière première », ajoute Bosch. Par ailleurs, le stockage et le transport des eFuels ne présentent pas de difficulté. Enfin, ils pourraient servir à alimenter les véhicules ne pouvant être électrifiés, dont les avions, les bateaux et une partie du transport de marchandises.

Toutefois, la production d’eFuels reste onéreuse. Bosch appelle donc à la mise en place de capacités de production importantes, de manière à faire baisser le coût brut des eFuels entre 1,20 et 1,40 euro du litre hors taxes d’ici 2030, et jusqu’à 1 euro d’ici 2050.