PL : le Parlement européen vote une réduction de 35 % des émissions de CO2

Les députés européens ont revu les ambitions de la Commission européenne à la hausse en matière d’émissions de CO2 des poids lourds neufs. Ils ont voté hier en faveur d’un objectif de réduction de 20 % en 2025 et de 35 % en 2030 par rapport à 2019.

1343

Après les émissions de CO2 des VP et les VUL neufs, c’est au tour de celles des poids lourds de faire l’objet d’un vote du Parlement européen. En effet, dans le cadre du « Clean Mobility Package », l’Union européenne doit définir les objectifs de réduction des émissions de CO2 des véhicules neufs sur la période 2021-2030.

Jusqu’à présent, ces objectifs concernaient uniquement les véhicules légers. Or, « les camions sont responsables d’un quart des émissions totales de CO2 dues au transport routier, et de 6 % des émissions totales de l’Union européenne », rappelle la commission environnement du Parlement européen.

Le 17 mai 2018, la Commission européenne avait donc présenté une proposition législative fixant pour la première fois des normes d’émissions de CO2 à destination des véhicules utilitaires lourds, avec pour objectif une réduction de 15 % de ces émissions en 2025 par rapport à 2019, et d’au moins 30 % en 2030 (à revoir en 2022).

Des objectifs plus élevés que ceux de la Commission

Cette proposition a été soumise le 14 novembre 2018 au Parlement européen en session plénière. Bilan : les députés ont adopté des objectifs plus élevés que ceux proposés par la Commission européenne et visent une réduction de 20 % en 2025 et 35 % en 2030 par rapport à 2019. « Le secteur connaît une croissance rapide, de même que ses émissions. Nous sommes convenus de relever l’ambition par rapport à ce que propose la Commission, ce qui est possible avec les technologies existantes », a commenté le rapporteur Bas Eickhout.

En outre, les constructeurs devront « veiller à ce que les véhicules à émissions nulles ou faibles (qui émettent au moins 50 % d’émissions en moins) représentent 20 % des ventes de véhicules neufs en 2030 et 5 % en 2025 », a annoncé le Parlement. « Nous devons également nous préparer à de nouvelles technologies, et c’est pourquoi nous proposons ce mandat à émissions nulles et faibles », a argué Bas Eickhout.

Enfin, les députés ont demandé à ce que la Commission européenne « propose des projets pour un test des émissions de CO2 sur route en conditions réelles » avant 2020. Ils l’encouragent également à étudier dès 2022 la mise en place d’une analyse des émissions sur cycle de vie, avec si nécessaire des obligations de déclaration pour les constructeurs.

Ce projet de loi doit maintenant être voté par le Conseil de l’Union européenne, avant de faire l’objet de négociations tripartites.

PARTAGER SUR