NOx : une flotte de VU sous surveillance à Singapour

Dans le cadre d’un projet pilote, une flotte de VU exploitée par DHL Express sera équipée d’une technologie de surveillance des émissions de NOx et de particules fines développée par Faurecia à Singapour.

1066
Faurecia DHL Singapour

En février 2018, l’agence nationale pour l’environnement et le Conseil pour la normalisation, la productivité et l’innovation de Singapour avaient lancé un appel à innovation. L’objectif : trouver des technologies de surveillance à distance et en temps réel des émissions des véhicules à moteur et de l’industrie. Les autorités singapouriennes souhaitaient en effet pouvoir évaluer l’efficacité des mesures de lutte contre la pollution et mettre en œuvre de nouvelles politiques et mesures de contrôle.

Du côté des véhicules, les projets devaient permettre de surveiller à distance, en temps réel et à faible coût, les taux d’émissions d’oxydes d’azote (NOx) et de particules fines (PM), au moyen de capteurs. L’équipementier français Faurecia vient d’annoncer que sa technologie de détection, encore en cours de mise point, avait été retenue. Elle sera ainsi expérimentée pendant deux ans sur une flotte de véhicules utilitaires diesel du groupe DHL Express.

Ce système aidera d’une part les autorités à mieux évaluer les émissions réelles de NOx et de PM des véhicules diesel en service, à examiner l’adéquation des mesures politiques existantes et à définir de nouveaux contrôles pour améliorer encore la qualité de l’air. Il contribuera en outre à l’identification des véhicules diesel dont les émissions sont plus élevées que les niveaux admissibles. Enfin, l’objectif consiste également à fournir des données pour la modélisation de la qualité de l’air.

Faurecia a de plus signé un partenariat avec l’Agence pour la science, la technologie et la recherche de Singapour afin d’évaluer « le potentiel des systèmes de gestion de la circulation fondés sur les émissions réelles. »

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter