GNV, GPL, hydrogène : l’autre choix

Si l’électrique demeure la solution la plus prisée en termes d’énergie alternative et verte, d’autres solutions existent, parfois plus anciennes comme le GNV ou le GPL. Et d’autres comme l’hydrogène font leur apparition. Avec, pour chacune, des atouts, particulièrement environnementaux, mais aussi des limites en matière d’autonomie et d’offres.

- Magazine N°260
632
Spécialiste de la livraison longue distance, le grenoblois Cetup recourt à différentes énergies pour ses 185 véhicules. Outre les modèles thermiques tous Euro 6, Cetup utilise quatre Kangoo Z.E. et Z.E. Hydrogen et cinq Golf au bioéthanol.
Spécialiste de la livraison longue distance, le grenoblois Cetup recourt à différentes énergies pour ses 185 véhicules. Outre les modèles thermiques tous Euro 6, Cetup utilise quatre Kangoo Z.E. et Z.E. Hydrogen et cinq Golf au bioéthanol.

La plupart des entreprises ou collectivités qui ont investi dans le GPL, comme la mairie de Paris, sont aujourd’hui freinées par l’absence d’offres des constructeurs. « Sur 2 680 véhicules, nous en avons encore 32 au GPL dont des Twingo et des fourgonnettes. Mais cette énergie est en perte de vitesse et l’offre est devenue inexistante. Ce que nous regrettons car en CO2, le GPL est aussi pertinent que le GNV », souligne Hervé Foucard, chef du service technique des transports automobiles municipaux.

« Nous avons encore une vingtaine de véhicules au GPL mais nous rencontrons des difficultés pour trouver des pièces détachées, confirme Thierry...

PARTAGER SUR