Déplacements professionnels : 54 % des Français utiliseraient leur véhicule personnel

Selon un sondage du loueur Enterprise, 54,3 % des Français ayant déjà conduit pour des raisons professionnelles auraient pour cela recours à leur véhicule personnel. Une pratique qui peut poser problème, du fait d’un manque de rigueur en termes d’entretien.
14174
Enquete enterprise déplacements professionnels
Source : Enterprise

« L’’utilisation d’une voiture personnelle mal entretenue à des fins professionnelles représente un risque réel, tant pour le conducteur que pour son employeur. » Tel est le constat d’une enquête réalisée par le spécialiste de la location de voitures Enterprise. Ce dernier a interrogé en mars 2021 un échantillon de 1 006 Français ayant déjà conduit pour des raisons professionnelles,

Cette étude révèle que 54,3 % des répondants utilisent leur véhicule personnel pour leurs déplacements professionnels et que 18 % le font dans 100 % des cas. Ce choix est justifié avant tout par la praticité de ce mode de déplacement (34 % des répondants) mais aussi par l’impossibilité d’atteindre la destination uniquement via les transports publics (27 %).

Un manque d’entretien…

Or, les Français manquent de sérieux concernant l’entretien de leur véhicule personnel. Si 75 % des répondants ont nettoyé l’extérieur et l’intérieur de leur véhicule avant leurs derniers déplacements professionnels, ils sont moins nombreux à s’être assurés du bon fonctionnement de leurs feux de freinage (49 %) et de leurs phares (45 %). Ils sont encore moins à avoir contrôlé le niveau d’huile (37 %), ouvert le capot moteur (36 %), examiné la bande de roulement (35 %) ou vérifié la pression des pneus (31 %). Bilan : « 28 % des conducteurs français avouent avoir déjà été en retard à un rendez-vous d’affaires – voire en avoir manqué un – à cause d’un problème avec leur véhicule », pointe Enterprise.

… et de contrôle des véhicules

Et cela ne leur sert visiblement pas de leçon. 40 % des répondants envisageaient d’effectuer un voyage d’affaires dans les six prochains mois au moment de l’enquête. « Le premier motif de déplacement est la visite de client (23 %) sur une distance moyenne de 370 km », précise Enterprise. Or, la plupart des répondants ne prévoyaient pas de contrôler leur véhicule : ni les freins (69 %), ni les feux de stop (67 %), ni les phares (63 %), ni la bande de roulement (55 %), ni le niveau d’huile (53 %) ni la pression des pneus (44 %).

« Plus inquiétant encore, 33 % des conducteurs déclarent avoir actuellement un témoin lumineux sur leur tableau de bord et, parmi eux, 43 % ne prévoient pas de le faire vérifier avant d’effectuer leur prochain déplacement professionnel », s’inquiète le loueur.

« Comme de plus en plus de personnes télétravaillent et que le marché des voitures d’occasion se porte plutôt bien, de nombreux employés envisagent désormais d’acheter une voiture d’occasion et de l’utiliser pour leurs déplacements professionnels, anticipe Guirec Grand Clément, directeur des opérations d’Enterprise France. Malheureusement, il existe un réel manque de rigueur en matière d’entretien à long terme, ce qui n’est pas sans conséquence pour le conducteur et son employeur. »

Dernière information de l’enquête : le véhicule personnel reste sans surprise majoritairement thermique. 47 % des répondants possèdent une voiture diesel et 41 % une voiture essence, contre seulement 7 % une hybride non rechargeable et 5 % une électrique ou une hybride rechargeable.