Île-de-France : l’utilisation de la voiture en baisse de 5 % entre 2010 et 2018

Selon les premiers résultats de la nouvelle Enquête Globale Transport (EGT) pilotée par Île-de-France Mobilités, alors que les déplacements des Franciliens ont augmenté de 5 % entre 2010 et 2018, la part de la voiture aurait diminué de 5 %.

1264
ademe guide ecomobilite
© Ademe

La dernière Enquête Globale Transport (EGT) d’Île-de-France datait de 2010. Sa nouvelle mouture, pilotée par Île-de-France Mobilités et cofinancée par l’État, a été lancée en 2018 et se poursuivra jusqu’en 2022, mais de premiers résultats viennent d’être publiés.

Ainsi, les 12,1 millions de Franciliens réaliseraient en moyenne 43 millions de déplacements un jour de semaine en 2015, soit + 5 % comparé à 2010. Cette hausse découle surtout de la croissance de la population : « À l’échelle individuelle, la mobilité moyenne est restée stable, signale en effet Île-de-France Mobilités. Chaque jour, un Francilien réalise en moyenne 3,8 déplacements, parcourt 18 km et passe 1 h 30 à se déplacer. »

En revanche, si l’usage de la voiture reste en tête avec 14,8 millions de déplacement un jour de semaine – parmi lesquels 13,2 millions hors de Paris dont 8,5 millions en grande couronne –, ce nombre a diminué de 5 % comparé à 2010. « Cela n’était jamais arrivé depuis l’après-guerre », signale Île-de-France Mobilités. Jusqu’à présent, la tendance était en effet plutôt à une forte hausse en grande couronne, alors qu’une diminution était observée depuis 2000 en grande couronne et à Paris.

Selon l’organisme, « cette diminution résulte en partie de l’évolution de la population francilienne. Les personnes âgées se déplacent moins. La part des cadres au sein des actifs franciliens augmente et ces emplois sont en général bien desservis par les transports en commun. » Sans oublier le développement d’offres de transport alternatives à la voiture, comme le réseau de bus en grande couronne.

Le recul de la voiture s’est effectué au profit du vélo (+ 30 % entre  2010 et 2018), des transports en commun (+ 14 %) et de la marche (+ 9 %), mais pas des deux-roues motorisés dont l’utilisation est en baisse de 25 %.

« Toutefois, les déplacements en voiture des Franciliens recensés par l’EGT ne sont qu’une part du trafic routier qui inclut aussi les déplacements des non-Franciliens, les livraisons, le transport de marchandises et les tournées professionnelles », nuance Île-de-France Mobilités.

Mode de déplacement Nombre de déplacements en Île-de-France un jour de semaine Évolution entre 2010 et 2018
Marche 17,2 millions + 9 %
Voiture 14,8 millions – 5 %
Transports en commun 9,4 millions + 14 %
Vélo 840 000 + 30 %
Deux-roues motorisés 420 000 – 25 %
Autres modes 380 000 Multiplié par deux
Total 43 millions + 5 %
PARTAGER SUR