Entretien annuel d’évaluation : il est temps de s’y préparer

Les entretiens annuels d’évaluation vont s’échelonner de décembre à février-mars. Voici quelques recommandations pour s’y préparer.

1919
Entretien annuel d’évaluation

L’entretien annuel d’évaluation n’est pas une obligation pour l’entreprise. Mais quand il est en place, difficile de s’y soustraire. Les salariés concernés doivent donc s’y plier. Mais pour 60 % d’entre eux (sondage BVA Group), ils ne s’en disent pas satisfaits. Certains considèrent même parfois cet exercice comme une contrainte. Un sentiment d’autant plus présent chez les 20-35 ans. Comment transformer cet entretien qui tient beaucoup de la figure imposée en un exercice de libre expression ?

Préparer l’entretien d’évaluation

Entretien annuel d’évaluation
Vincent Binetruy, directeur France de Top Employers Institute

« Il faut, pour cela, s’y préparer, commente Vincent Binetruy, directeur France du Top Employers Institute, un cabinet d’audit analysant et certifiant les pratiques RH des employeurs. Le collaborateur doit être proactif, pas passif. Cet entretien se peaufine tout au long de l’année en s’évaluant auprès de ses pairs, de ses supérieurs mais aussi de ses clients. Le mieux est alors, à chaque mission terminée, de demander des retours à son éco-système, sur ce qui s’est bien passé et ce qui est à améliorer ».

Formaliser ses attentes

L’employé s’évalue donc en mettant en avant ses points forts et ses points d’amélioration. Il pourra aussi indiquer comment il a atteint ses objectifs et comment ceux-ci sont en phase avec les valeurs de l’entreprise. Puis il formalisera ses attentes. Dans ce cadre, le mieux est de se montrer transparent. C’est le moment d’évoquer les questions de la vie personnelle et de la vie professionnelle, de demander du télétravail, un aménagement de son temps. Mais aussi de parler de ses besoins en formation, de ses souhaits de mobilité et de sa rémunération.

Construire ses arguments

« Le manager ne doit pas découvrir tout cela le jour de l’entretien. Il faut en avoir parlé avant. Mais c’est le bon endroit pour préciser officiellement ses attentes, les entériner en quelque sorte », poursuit Vincent Binetruy. En matière de salaire, il faudra donc avoir analysé les rémunérations en cours dans son secteur et sa fonction.

Pour un-e gestionnaire de flotte, une bonne idée est par exemple d’expliquer en quoi le travail sur le TCO a généré des économies. Il faudra chiffrer ces gains, disposer d’éléments étayés, de données factuelles. Ce qui amènera à demander une augmentation salariale à la fois réaliste et constructive. Ainsi, on précisera que compte tenu de ces résultats, on attend une augmentation de x à x % en donnant son équivalant en euros.

Définir un suivi

In fine, l’entretien d’évaluation annuelle doit déboucher sur un plan d’actions. Chacun, manager et managé, y précisera ce qu’il attend de l’autre. Le plan proposé sera détaillé, mesurable et actionnable au cours de l’année suivante. Il est enfin conseillé de prévoir des points de contrôle par trimestre. l’objectif est alors de discuter de l’avancée des décisions prises lors de l’entretien d’évaluation.

PARTAGER SUR