Essai de la Skoda Octavia 1.6 TDI : l’école allemande

Sous ses airs stricts et sévères, la nouvelle Octavia reste de loin la berline la plus généreuse de la catégorie, mais aussi l’une des plus abordables.

- Magazine N°186
628

Sur le marché en berne des berlines familiales, l’Octavia fait figure d’exception : ses ventes restaient au beau fixe l’an dernier après neuf ans de carrière ! Un succès dû à son positionnement intermédiaire entre les segments B et C, et à son rapport prix/volume imbattable. La troisième génération reprend ce credo, mais pousse en longueur de 10 cm pour atteindre 4,65 m. Et vient se frotter directement aux Renault Laguna, Chevrolet Cruze et Hyundai i40.

Le design, strict et anguleux, semble fait pour durer et résister aux effets de mode. Constat semblable à bord avec un mobilier très classique, sans aucune fantaisie, mais qui inspire le sérieux. La rigueur germanique est bien palpable, bien que l’aspect des matériaux soit volontairement plus dépouillé que chez Volks-wagen, notamment la sellerie des sièges un peu légère sur les versions de base.

Construite sur la plate-forme MQB qu’elle partage avec la récente Golf VII, l’Octavia s’en distingue fortement par son gabarit supérieur mais aussi par ses capacités de chargement « best in class », comme toujours chez Skoda. Les taxis ne seront pas déçus.

Aux places arrière, les grands gabarits peuvent étendre leurs jambes, tandis que la soute affiche près de 600 l, soit le plus gros volume de la catégorie. Véritable familiale avec son hayon et sa banquette arrière rabattable, l’Octavia regorge de rangements, entre autres dans la malle pour compartimenter ou fixer les bagages.

Spacieuse et bonne routière

Elle se révèle aussi une excellente routière, avec un bon confort de suspension et un comportement précis. Pour autant, l’Octavia n’a pas besoin de grosses motorisations pour se mouvoir. Elle fait même bonne impression avec le petit 1.2 TSI essence de 105 ch. Malgré quelques vibrations et une acoustique moyenne, le diesel TDI 105 se montre également à la hauteur et surtout d’une grande sobriété avec des émissions de CO2 à moins de 100 g/km – une version optimisée à 89 g suivra un peu plus tard. Dans tous les cas, l’excellente boîte DSG apporte un confort supplémentaire sans trop alourdir la consommation.

Comptez 24 350 euros pour la Skoda Octavia 1.6 TDI GreenTec Business Plus BVM et ajoutez 1 500 euros pour la version BVA DSG. Comme quoi, grosse berline et économie d’usage ne sont pas incompatibles.

BIEN

• Habitabilité/volume de coffre
• Confort de suspension
• Positionnement prix

À REVOIR

• Insonorisation
• Ambiance intérieure austère
• Qualité de certains matériaux

PARTAGER SUR