Essai flash – Alfa Romeo Stelvio : la distinction latine

Restylé début 2020, le grand SUV Stelvio en a profité pour revoir sa présentation intérieure.
4104
Alfa-Romeo Stelvio
Alfa-Romeo Stelvio

Avec une nouvelle console centrale bien plus ergonomique et, pour plus de connectivité, un nouvel écran multimédia tactile de 8,8 pouces avec Apple Car Play et Android Auto. Sans oublier des aides à la conduite de niveau 2 de conduite autonome (maintien dans la voie, régulateur de vitesse adaptatif, etc.) qui lui faisaient cruellement défaut. Rien à dire, on se sent mieux dans cet habitacle accueillant et reflétant mieux son origine latine par rapport aux intérieurs tristes et austères des concurrents allemands.

Sous le capot avant, on retrouve sans modifications le 2.0 turbo-essence de 200 ch/206 g et 280 ch/208 g assez exclusif. Et surtout le 2.2 turbo-diesel en 160 ch/159 g en propulsion et 190 ch/160 g en propulsion ou en transmission intégrale Q4 (51 600 euros, 168 g). C’est dans cette dernière proposition que le Stelvio se montre le plus homogène et agréable à conduire, voire à piloter car il conserve son caractère de propulsion : le train avant n’entre en action que lors des pertes d’adhérence, le tout en préservant un très bon confort dynamique.