Essai flash – BMW iX3 : le SUV électrique à améliorer

Avec son nouveau modèle électrique iX3, BMW manque le coche sur la consommation et l'autonomie qui ne dépasse pas les 300 km.
- Magazine N°280
2083
BMW iX3

BMW a choisi un compromis industriel et financier en électrifiant son SUV X3 en iX3. En effet, le constructeur n’avait pas développé une plate-forme et un modèle pensés pour la propulsion électrique, comme pour le plus gros iX. Le résultat n’est donc pas tout à fait convaincant sur un critère essentiel : la consommation et, partant, l’autonomie.

La plate-forme du BMW X3, le SUV thermique sur lequel est basé l’iX3, ne permet en effet pas de loger une grosse batterie électrique. Alors que les 74 kWh utiles disponibles ici, déjà honorables, doivent alimenter un moteur de 286 ch et 400 Nm, qui consomme au minimum 22 kWh/100 km. Et encore plus sur l’autoroute et en conduite dynamique sur une route départementale. L’ordinateur de bord ne parvient jamais à indiquer plus de 300 km d’autonomie. En revanche, la péréquation entre votre style de conduite et la consommation se révèle assez exacte. Un bon point.

On doit le manque de sobriété de ce SUV électrique de BMW au profil haut sur pattes de l’iX3. Malgré des appendices aérodynamiques assez travaillés par rapport au X3 thermique. On le doit aussi à son poids à vide de 2,2 t, second point faible de l’iX3. D’où sa propension à amplifier le moindre défaut de la route, provoquant un roulis fatigant à la longue. Reste à apprécier ce grand SUV sur autoroute ou en ville où sa consommation redevient raisonnable à 18 kWh/100 km, mais il n’est pas vraiment fait pour cela !