Essai flash – Volkswagen Touareg V6 TDI 231 ch

La moins puissante des versions du grand SUV Volkswagen Touareg, essence comme diesel, c’est cette version « dégonflée » du gros V6 3.0 qui perd 55 ch et 100 Nm de couple (231 ch et 500 Nm).
3351
Volkswagen Touareg

Au passage, le CO2 du 286 ch (213-234 g) diminue quelque peu à 211-231 g et, surtout, le prix redescend à 65 780 euros, soit une économie de 5 430 euros. Et toujours en transmission intégrale 4Motion et boîte auto à 8 rapports, dans la finition très bien fournie et luxueuse d’accès à la gamme Carat. La qualité de fabrication et le soin dans l’assemblage des équipements et du mobilier intérieur ne souffrent d’aucune critique.

Si une vitesse maxi de 218 km/h, au lieu de 235 km/h pour le 286 ch, et une accélération de 0 à 100 km/h en 7,5 s, au lieu de 6,1 s, ne vous handicapent pas vraiment – et honnêtement, c’est déjà largement suffisant avec le 231 ch –, alors c’est cette version qu’il vous faut.

Dommage que le poids (2 070 kg) demeure identique, tout comme la consommation mixte en WLTP de 8,1-8,8 l/100 km. Car c’est bien un « petit tour de vis » sur les réglages de l’injection qui est la clé de cette version dégonflée. A contrario, vous bénéficiez toujours de la suavité, de la rondeur et de l’agrément du gros V6, c’est le principal !