Jaguar XF Sportbrake : le charme avant tout

En Sportbrake, cette véritable routière qu’est la Jaguar XF privilégie le dynamisme et l’élégance plutôt que le volume utile.

- Magazine N°238
1727
Jaguar XF Sportbrake

La XF Sportbrake appuie sur la corde sensible du style, dans un mélange de sportivité et d’élégance. Imposant en taille (4,95 m), ce break offre des avantages pratiques par rapport à la berline, dont un hayon automatique et un volume de coffre en hausse de 25 l (565 l en 5 places). Une capacité moindre que les Série 5 Touring (570 l) ou Classe E break (670 l). La présentation de la soute se veut flatteuse avec une moquette épaisse et d’élégants rails de fixation chromés. Et le dossier de la banquette (2/3-1/3) se rabat automatiquement depuis le coffre pour dégager une zone de chargement plane, pratique pour de longs objets. Mais si l’empattement a gagné 5 cm, les places arrière restent étriquées, surtout celle du milieu quasiment inutilisable à cause de l’imposant tunnel de transmission.

Autre déception, la qualité perçue de certains plastiques et notamment de la sellerie cuir. On se consolera avec l’immense toit vitré panoramique de 1,6 m2, le plus grand de la catégorie. Celui-ci dispose également d’un rideau de toit électrique à commande gestuelle : un mouvement de la main suffit à l’actionner. Pratique et sécurisant pour le conducteur.

Avec son Cx de 0,29 et sa structure légère en aluminium, cette XF ne perd pas en agilité sur route. Avec en prime une suspension pneumatique de série pour conserver une hauteur d’assiette inchangée quel que soit le chargement. S’ajoutent en options l’amortissement piloté Adaptive Dynamics et les modes de conduite paramétrables pour jouer sur le confort ou le dynamisme, au choix.

Nous avons essayé le nouveau 4-cylindres diesel Ingenium dans sa version la plus puissante de 240 ch, associé à une boîte automatique à 8 rapports et une transmission intégrale (4×4). Soit les mêmes performances en accélération que le V6 de 300 ch (2 roues motrices), mais sans l’agrément de conduite et avec une consommation équivalente. Mieux vaut se tourner vers le diesel d’entrée de gamme de 163 ch (à partir de 118 g/km), à partir de 53 935 euros TTC en 2.0d E-Performance BVM Business Prestige.

Notre avis

PLUS
Design élégant et statutaire • Comportement et agrément de conduite • Équipements complets


MOINS
Habitabilité arrière limitée • Qualité de certains matériaux • Volume de chargement limité

Jaguar XF Sportbrake 2.0d 240 ch BVA AWD
Moteur (cm3) 1 999
Puissance/couple (ch/Nm) 240/500
Conso. mixte (l/100 km) 5,8
Émissions de CO2 (g/km) 153
Vitesse maxi (km/h) 241
0 à 100 km/h (s) 6,7
Poids à vide (kg) 1 805
Charge utile (kg)
Coffre (l) 565/1 700
L x l x H (mm) 4 955 x 1 987 x 1 496
À partir de (€ TTC) 65 225 (2.0d 240 ch BVA AWD Business Prestige) ; 53 935 (2.0d 163 ch E-Performance BVM Business Prestige)

 

Valeurs futures

Jaguar XF SB 2.0 D 240 ch BVA AWD Business Prestige

163 ch BVM E-Performance Business Prestige

Énergie Diesel Diesel
Boîte de vitesses Automatique Manuelle
Carrosserie Break Break
Cylindrée (cm3) 1 999 1 999
CO2 (g/km) 153 118
Ch din 240 163
Prix neuf TTC (€) 65 225 53 935
Mois 42 42
Km total 100 000 100 000
Valeur reprise TTC (€) 23 970 19 197
Valeur reprise 36,8 % 35,6 %
Valeur vente TTC (€) 27 239 22 193
Valeur vente 41,8 % 41,2 %

Source : Forecast Autovista, mai 2018.

PARTAGER SUR