Essais Audi A5

- Magazine N°134
501

Audi ne pouvait laisser Mercedes avec son Coupé CLK et BMW avec le Coupé Série 3 rafler tous les clients en mal de différenciation. Retard comblé avec la commercialisation du Coupé A5, dérivé de la plateforme de la nouvelle A4 et qui reprend les mêmes recettes que ses concurrents. A savoir, une ligne racée et musculeuse mais soucieuse d’élégance et de raffinement, le tout dans une longueur conséquente de 4,62 m. Ce coupé est servi par des moteurs puissants dont l’incontournable V6 TDI de 240 ch en transmission Quattro et le fulgurant V8 4. 2 FSI de 354 ch en S5. Plus modeste, le quatre cylindres 1. 8 TFSI de 170 ch est aussi au programme pour accéder à la gamme, tout comme le 2. 7 V6 TDI de 190 ch. Un autre V6 est aussi proposé en essence, le 3. 2 FSI de 265 ch en Quattro ou traction avant. Au volant, on retiendra surtout l’extrême rigueur de la tenue de route. Imparable mais qui dégrade tout de même le confort de roulage.

PARTAGER SUR