Essais Mercedes CLS

- Magazine N°134
572

Partant du constat que la berline traditionnelle avec ses quatre portes et sa malle arrière trouve de moins en moins de clients, Mercedes tente de relancer son attrait par un design innovant et dynamique, ne manquant pas d’élégance, tout en conservant les atouts d’habitabilité et d’accessibilité propre à ce type de carrosserie. Sur la base de la plate-forme d’une Classe E, les designers maison ont choisi d’abaisser la hauteur de caisse et le châssis, de l’élargir tout comme les voies avant et arrière et de l’allonger pour lui donner un dynamisme qui rappelle une Jaguar dans sa partie arrière qui n’en finit pas de finir tout en s’abaissant vers le sol. Une fois bien calé dans les sièges, dans une position intermédiaire entre une berline et un coupé, on retrouve l’environnement familier des Mercedes avec une large planche de bord et une console centrale de taille respectable qui se prolonge entre les deux places arrière. Un seul bémol dans cet univers luxueux mais pas ostentatoire : le faux bois fait vraiment trop «plastoc» pour une voiture de cette classe, surtout en comparaison avec la sellerie tendue de cuir d’une très belle facture. Aucun problème d’habitabilité, même à l’arrière : la CLS est une vraie berline confortable et la ligne surbaissée du toit avec ses petites fenêtres latérales de coupé ne gêne aucunement la vision panoramique. Déjà plein de dynamisme avec son V6 de 3. 5 l tout alu de 292 ch et sa boîte auto à 7 rapports, le CLS trouve vraiment son expression avec le V8 5. 0 l de 388 ch et bien plus encore avec la version CLS 63 AMG de 514 ch époustouflante de sportivité. Quant aux conducteurs soucieux de consommation, ils choisiront l’incontournable V6 de 3. 2 l et 224 ch. Pour le confort, mais aussi la précision de comportement, il faudra opter pour la suspension pneumatique (en série sur la CLS 500) qui se joue de toutes les imperfections de la route et les erreurs de pilotage pour compenser les prises de roulis trop importantes et les freinages puissants avec tangages à la clé. Mercedes fait une fois de plus preuve d’originalité tout en préservant les acquis de la marque.

PARTAGER SUR