Véhicules connectés et autonomes: qu’en pensent les Français ?

Selon une étude de Dekra Automotive, 64 % des Français souhaiteraient acheter une voiture dotée d’équipements connectés, mais seulement 41 % sont prêts à utiliser un véhicule autonome.

1595
Véhicules connectés

Dekra Automotive a publié les résultats d’une étude sur la perception des Français vis-à-vis de l’automobile connectée et autonome. L’entreprise a interrogé en novembre 2016 un échantillon de 1 064 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Le véhicule connecté séduit les Français

Selon les résultats de l’enquête, les véhicules connectés semblent être entrés dans les mœurs : 64 % des sondés préféreraient acheter une voiture équipée. Cependant, les équipements de divertissement ne s’avèrent pas la priorité d’achat, à l’inverse des équipements d’aide à la conduite et de sécurité. La majorité des personnes interrogées considèrent en effet que les voitures connectées permettent de mieux contrôler l’état du véhicule (73 %) et améliorent la sécurité routière (63 %).

Véhicules connectés : les équipements qui intéressent les français

Paradoxalement, 81 % estiment que ces véhicules présentent davantage de risques de dysfonctionner que les voitures classiques. D’autre part, 94 % jugent qu’ils sont plus chers à l’achat. 45 % préfèrent ainsi équiper eux-mêmes leur voiture par la suite si besoin. Les réticences diminuent cependant chez les nouvelles générations : 31 % des 18-24 ans interrogés sont même enclins à payer plus cher afin de disposer de plus d’accessoires, contre 19 % toutes générations confondues.

Trop tôt pour la voiture autonome ?

À l’inverse, le véhicule autonome ne convainc pas encore. Si 80 % des personnes interrogées en ont déjà entendu parler, 58 % déclarent ne pas encore être prêtes à monter à bord. Le manque de confiance est également plus prononcé chez les femmes (65 %) et chez les plus âgés (60 % pour les 50-64 ans et 64 % pour les 65 ans et plus). La technologie reste en effet mal identifiée, avec de nouveau une disparité homme/femme significative : seuls 43 % des sondés jugent bien savoir de quoi il s’agit, dont 56 % d’hommes contre 41 % de femmes.

En conséquence, le contrôle des véhicules autonomes est une préoccupation importante : 68 % des sondés estiment ainsi qu’ils devront être plus souvent entretenus et contrôlés que des véhicules standards. Là encore, la tendance s’inverse chez les jeunes générations : 50 % des 18-24 ans et 47 % des 25-34 ans se disent prêts à utiliser un véhicule autonome.