Eurométropole de Strasbourg : une pionnière des transports propres

Du diesel à l’électrique en passant par le gaz naturel, la flotte strasbourgeoise s’est adaptée aux différentes politiques publiques avec toujours le même objectif : faire reculer les émissions de ses véhicules tout en menant une réflexion globale sur la mobilité verte. Objectif atteint : entre 2015 et 2016, elle a réduit son bilan carbone de 4 %.

- Magazine N°227
1566
Sur les 300 poids lourds de l’Eurométropole de Strasbourg, seize fonctionnent au gaz naturel, les autres au diesel. Strasbourg a d’ailleurs commandé en 2016 quatre bennes à ordures au gaz, et prévoit d’en acheter cinq autres cette année.
Sur les 300 poids lourds de l’Eurométropole de Strasbourg, seize fonctionnent au gaz naturel, les autres au diesel. Strasbourg a d’ailleurs commandé en 2016 quatre bennes à ordures au gaz, et prévoit d’en acheter cinq autres cette année.

L’Eurométropole de Strasbourg a réussi à diminuer significativement l’empreinte carbone de son parc de 1 150 véhicules et 102 deux-roues motorisés. En 2016, son bilan s’élevait à 5 607 t de CO2, soit – 4 % par rapport à 2015. Et ce chiffre a progressé chaque année : – 0,3 % en 2013, – 2 % en 2014 et – 3 % en 2015.

Un résultat dû à un ensemble de facteurs selon Benoît Weinling, chef du service parc véhicules et ateliers. Entres autres : l’éco-conduite, la moindre utilisation des véhicules et la consommation restreinte de carburant au fil du renouvellement du parc.

Le gaz naturel contre le CO2

En 2005, lorsque le bonus écologique calculé sur...

PARTAGER SUR