Europe : la mortalité routière en recul de 1 % entre 2017 et 2018

D’après la Commission européenne, environ 25 100 personnes ont perdu la vie lors d’accidents de la route dans les 28 États-membres de l’UE, soir une baisse de 21 % par rapport à2010 et de 1 % par rapport à 2017.

871
Europe mortalité routière
Source : Commission européenne

Selon des statistiques provisoires publiées le 4 avril, environ 25 100 personnes sont décédées lors d’accidents de la route en 2018 dans les 28 États-membres de l’UE. Cela équivaut à un taux moyen de 49 tués pour 1 million d’habitants, soit une baisse de 21 % par rapport à 2010 et de 1 % par rapport à 2017. Pour rappel, la mortalité routière avait reculé de 2 % entre 2016 et 2017 avec 25 300 personnes décédées sur les routes de l’Union européenne, pour la deuxième année consécutive et ce après deux année de stagnation.

Europe mortalité routière évolution entre 2010 et 2018 par rapport aux objectifs 2010-2020
Source : Commission européenne

« Cela signifie qu’il est peu probable que l’objectif de réduire de moitié le nombre de tués sur la route d’ici 2020 soit atteint. Des efforts déterminés et bien ciblés sont maintenant nécessaires à tous les niveaux et dans tous les secteurs », a averti la Commission européenne. Cette dernière vise en effet une réduction de 50 % du nombre de tués entre 2010 et 2020, avec pour ambition d’atteindre zéro décès et blessures graves dans le transport routier d’ici 2050. De plus, pour chaque personne tuée en 2018, cinq autres ont été gravement blessées, soit environ 135 000 personnes.

Un plan d’action stratégique sur la sécurité routière a été publié en mai 2018 dans le cadre du troisième train de mesures de « L’Europe en mouvement » de la Commission Juncker. Ce plan a été validé en décembre 2018 par le Conseil de l’UE et doit maintenant être formellement approuvé par le Parlement européen et le Conseil. Cependant, plusieurs mesures font déjà l’objet d’accords provisoires entre les deux institutions.

europe dispositifs avances securite
© Commission européenne

C’est le cas de la révision du règlement sur la sécurité générale des véhicules à moteur depuis le 26 mars 2019 qui doit entrer en vigueur en 2022. « Grâce aux nouveaux dispositifs de sécurité avancés qui deviendront obligatoires, nous pouvons obtenir le même type de résultat qu’avec l’introduction initiale des ceintures de sécurité, a argué la commissaire Elżbieta Bieńkowska. Bon nombre des nouveaux dispositifs sont déjà en place, en particulier sur les véhicules haut de gamme. Il s’agit maintenant de relever uniformément le niveau de sécurité, et de préparer le terrain pour la mobilité connectée et automatisée du futur. »

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

De même, le Parlement et le Conseil sont parvenus le 22 février 2019 à un accord provisoire sur la révision de la direction 2008/96/CE concernant la gestion de la sécurité des infrastructures routières. Dans ce cadre, une cartographie des risques des autoroutes et routes principales sera réalisée en tenant compte des usagers vulnérables. La Commission estime en effet que « compte tenu de l’évolution démographique et de la tendance actuelle favorable à une mobilité active et durable, l’on s’attend à ce que ces catégories de personnes représentent à l’avenir une proportion plus importante des usagers de la route, nécessitant une attention particulière. »

Europe mortalité routière 2018
Nombre de décès dus au transport routier dans l’Europe des 28 par million d’habitants et par pays en 2018. Source : Commission européenne

En parallèle, la Commission a lancé le 28 mars dernier avec la Banque européenne d’investissement une plate-forme baptisée « Safer Transport Platform » (STP) qui fournit des conseils pour le financement des investissements dans la sécurité des transports. Enfin, afin de combler les écarts entre les différents États-membres, un projet pilote a été lancé pour accompagner les pays situés en dessous de la moyenne européenne.