Les Européens ouverts aux nouvelles mobilités ?

Selon une enquête du loueur ALD, 64 % des Européens considèrent que posséder un véhicule n’est pas indispensable pour les trajets professionnels.

2697
Infographie ALD nouvelle mobilite - top 3

À l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité, le loueur ALD a publié les résultats d’une étude menée par l’institut de sondage Opinion Way du 21 au 28 août auprès de 5 021 personnes résidant en Allemagne, Espagne, France, Italie et Pays-Bas. Bilan : seuls 36 % des sondés jugent indispensable de posséder une voiture pour les trajets professionnels, contre 50 % pour les déplacements personnels quotidiens. La tendance serait plus forte en Allemagne où 71 % des répondants ne jugent pas le véhicule indispensable pour les trajets professionnels, tandis qu’inversement seuls 53 % des Italiens partagent cet avis (en tenant compte des personnes qui ne se sont pas prononcées).

L’utilité de posséder une voiture au quotidien

ALD nouvelle mobilite - utilite possession voiture
Source : Opinion Way / ALD Automotive

Les solutions alternatives en croissance

Cette évolution s’accompagne d’un intérêt pour les nouvelles mobilités : 27 % des répondants ont ainsi déjà utilisé le covoiturage, tandis que plus de 12 % ont déjà recouru à la LLD et 10 % à un service de VTC. Sans surprise, les jeunes générations sont précurseures : les moins de 35 ans représentent ainsi 40 % des utilisateurs de ces services. À l’échelle nationale, les Allemands semblent les plus portés sur le covoiturage (34 %), alors que les Espagnols favoriseraient les VTC (16 %) et les Italiens la location longue durée (17 %).

ALD nouvelle mobilite - pourcentage utilisateurs
Pourcentage d’utilisateurs de solutions de mobilité alternatives par pays. Source : Opinion Way / ALD Automotive

Ces solutions alternatives se spécialisent selon les usages. Par exemple, en France, « la location entre particuliers prime (40 %) pour se rendre dans une zone commerciale où les articles à ramener peuvent être volumineux, explique ALD. En revanche, c’est le covoiturage qui sera le plus utilisé pour aller à un mariage (39 %), effectuer les trajets domicile-travail (36 %) et pour rendre visite à ses parents (30 %). » Les transports en commun restent toutefois le premier mode de transport dans la majorité des cas.

En parallèle, le recours aux applications de mobilité est devenu plus fréquent : 44 % des Européens les utilisent pour les transports en commun, 29 % pour la voiture (trafic routier et GPS communautaires), 16 % pour le covoiturage, 11 % pour l’autopartage et 10 % pour les VTC.

Faire des économies tout en respectant l’environnement

« L’attrait pour les usages non traditionnels de la voiture s’explique en premier lieu par le facteur économique, commente ALD. C’est le principal avantage de l’autopartage par rapport à un véhicule personnel pour 58 % des Européens, les Français et les Espagnols étant ceux qui accordent le plus d’importance à cet aspect (65 %). »

Cet intérêt financier se double d’une prise de conscience environnementale : 58 % des sondés ont ainsi déjà privilégié un mode de transport plus vert malgré un temps de trajet plus long, et 45 % à plusieurs reprises. Cette tendance est encore une fois plus marquée chez les moins de 35 ans, dont 66 % ont déjà favorisé les mobilités alternatives, mais aussi chez les Italiens (69 % dont 55 % plusieurs fois).

Infographie ALD nouvelle mobilite - tendances

PARTAGER SUR