Publi-Communiqué

Événement Ford – Nouveau Kuga : le meilleur de l’hybride

Hybride rechargeable, simple ou léger, le nouveau Ford Kuga offre un panel complet de technologies électriques à un coût compétitif. Avec, pour la clientèle des professionnels, la possibilité de choisir la juste motorisation pour chaque usage.

1926
Ford Kuga

Sur un segment-C des SUV dont la progression est très dynamique auprès des flottes, Ford dispose d’un argument de poids avec la troisième génération de son Kuga. Ses lignes dynamiques et son design inspiré en font un objet de convoitise pour les collaborateurs.

Développé sur la nouvelle architecture C2 déjà utilisée sur la Focus et doté d’éléments en aluminium, ce grand SUV perd 80 kg sur la balance, tout en gagnant 4,4 cm en largeur et 8,9 cm en longueur. Résultat, le Kuga offre davantage d’espace à l’avant et à l’arrière. Très volumineux, le coffre affiche 67 l supplémentaires avec la deuxième rangée de sièges positionnée vers l’avant ; placée vers l’arrière, celle-ci ménage un espace aux jambes de plus de 1 m, soit la référence de sa catégorie. « Avec 612 l de volume de chargement, le Kuga est l’un des modèles les plus spacieux de son segment », observe Stéphane Cuffaut, directeur de gamme et stratégie produits SUV au sein de Ford France.

Cinq types de motorisation

Fidèle à sa volonté de proposer le plus grand nombre de technologies au plus grand nombre, Ford a doté son Kuga de sérieux arguments pour couvrir tous les besoins des entreprises. Avec une grande première : cette génération se décline en trois types différents d’hybridation.

– La version hybride rechargeable (PHEV) peut parcourir 56 km (WLTP) à l’aide du seul moteur électrique. Ce Kuga Plug-In Hybrid affiche les consommations les plus faibles de la gamme avec 1,2 l/100 km et 26 g/km de CO2. Les moteurs essence 2.5 l et électrique développent une puissance totale de 225 ch. La batterie lithium-ion de 14,4 kWh se recharge automatiquement lors du freinage et une charge complète est obtenue sur le réseau électrique en quatre heures. Quatre modes de conduite permettent de configurer les moteurs en fonction du parcours : EV Auto, EV Now (100 % électrique), EV Later (priorité au thermique) et EV Charge (optimisation de la recharge de la batterie). « Le conducteur peut choisir, avant d’arriver dans une zone à faibles émissions, de rouler en mode thermique pour préserver l’autonomie des batteries, puis de basculer en mode électrique dès l’entrée en ville », précise Stéphane Cuffaut.
Sous le nom d’EcoBlue Hybrid (mHEV), la motorisation diesel se dote d’une hybridation légère (mild hybrid) qui récupère l’énergie au freinage et à la décélération pour alimenter la batterie lithium-ion de 48 V. L’accélération bénéficie de l’assistance électrique obtenue grâce à ce dispositif. Confort et plaisir de conduite en sortent renforcés sans transiger sur les consommations (5 l/100 km) et le CO2 (132 g/km).

– Le Kuga Hybrid (HEV) adopte les deux moteurs de la version hybride rechargeable. Commercialisé au second semestre, ce Kuga n’a pas besoin d’être rechargé : la batterie se régénère automatiquement lors des freinages et des décélérations.

« Aujourd’hui, la version hybride rechargeable assure plus de 50 % des ventes de Kuga auprès des flottes, constate Stéphane Cuffaut. Et pour les usages où la route et l’autoroute prédominent largement, nous préconisons la version hybride diesel ou les motorisations thermiques de dernière génération. » Le moteur essence EcoBoost de 1.5 se décline dans des versions 120 et 150 ch, capables de désactiver un cylindre quand le moteur n’est pas sollicité à son maximum. Parallèlement, le Kuga s’équipe de blocs diesel EcoBlue de 120 et 190 ch au rendement énergétique et aux émissions optimisés.

Des technologies de pointe

Pour renforcer la sécurité et le confort de conduite, le Kuga s’appuie sur une palette complète d’équipements Ford Co-Pilot 360, facilement paramétrables à partir de l’écran tactile central ou du combiné d’instrumentation numérique. Dès la finition Titanium et en série, la version hybride rechargeable embarque l’aide au maintien dans la voie avec l’alerte de franchissement involontaire de ligne, l’aide au stationnement avant et arrière, le régulateur de vitesse et le limiteur de vitesse intelligent, le système d’avertissement acoustique pour piétons et le système de prévention de collision avec détection des piétons, mais aussi les feux à LED automatiques et le modem embarqué avec la fonction eCall.

Enfin, pour la première fois, le Kuga propose cinq modes de conduite (Normal, Sport, Eco, Faible Adhérence, Neige/Sable). Faites votre choix !

Un TCO très compétitif

Le Ford Kuga a été conçu pour afficher l’un des meilleurs TCO de sa catégorie. Un argument qui séduit largement les flottes où ce SUV se vend pour 30 % de ses volumes. Avantage décisif pour ces entreprises : cette dernière génération de Kuga consomme jusqu’à 28 % de carburant en moins que la précédente. Avec en outre un niveau élevé de ses valeurs résiduelles et une fiscalité privilégiée : en version Plug-In Hybrid par exemple, le Kuga bénéficie de l’exonération définitive de TVS. Face à ses homologues thermiques, le Kuga hybride rechargeable affiche ainsi un TCO particulièrement compétitif. Une équation d’autant plus avantageuse que son prix catalogue n’est supérieur que de 7 000 euros par rapport à la version thermique quand l’écart grimpe à près de 10 000 euros chez les autres constructeurs.

TÉMOIGNAGE – Jean-Philippe Monnatte, président de l’Automobile Club Prévention

Le Puma est une belle voiture aux consommations maîtrisées

Président de l’Automobile Club Prévention, l’un des principaux acteurs sur le marché de la sécurité routière, Jean-Philippe Monnatte a eu l’occasion d’essayer les Ford Kuga et Puma à plusieurs reprises. Le Puma pourrait ainsi rejoindre la flotte du préventeur (75 véhicules) dans les prochains mois. Jean-Philippe Monnatte ne tarit pas d’éloge sur la technologie mild hybrid (mHEV). « Grâce à ce dispositif, le moteur électrique vient en renfort lors des fortes accélérations, explique-t-il. Les émissions de CO2 et les consommations s’en ressentent et partent à la baisse. Cette technologie est prometteuse. »

Autre avantage du Puma, sa profonde MegaBox, un compartiment de stockage de 80 l, permet de transporter davantage d’équipements professionnels. « Enfin, j’exerce ce métier de préventeur par amour de l’automobile et le Puma est une belle voiture, constate Jean-Philippe Monnatte. Cela faisait trente ans que je n’avais pas conduit une Ford et j’ai été très agréablement surpris. De plus, la marque porte une image positive et ce, pour ses véhicules comme pour le degré de maturité de ses technologies. »Ford Puma

PARTAGER SUR