Exclusif : le 3008 HYbrid4 à l’essai

Dévoilé sous forme de concept-car au dernier Mondial de l’Auto, le Peugeot 3008 HYbrid4 est devenu réalité avec, en prime, un niveau de rejet passant en dessous des 100 g/km de CO2... toujours pour 200 ch. En exclusivité, un premier galop d’essai à bord de cet hybride dont la commercialisation n’est pas attendue avant le printemps 2011.

- Magazine N°151
445
Peugeot 3008 Hybrid4

Alors que le Peugeot 3008 en version «standard » (essence ou diesel) débute sa carrière commerciale, Peugeot accélère le développement de sa version hybride suivant le nouveau schéma de fonctionnement retenu. A savoir, un moteur turbodiesel 2.0 HDI poussé à 163 ch et un moteur électrique indépendant placé sur l’essieu arrière d’une puissance de 30 kW, soit 37 ch. Reste maintenant aux ingénieurs à bien coordonner la mise en route et le fonctionnement des deux motorisations pour éviter les à-coups et les mises en marche intempestive à la moindre sollicitation de l’accélérateur.

Une fois glissé derrière le volant, il ne faut pas être trop impressionné par le nombre d’ordinateurs et autres appareils électroniques branchés sur le tableau de bord et dispersés un peu partout dans l’habitacle. Et d’ailleurs mon «copilote» d’un jour me prévient tout de suite que toutes mes données de pilotage sont enregistrées, consignées, paramétrées et décryptées afin de peaufiner encore la mise au point des logiciels de gestion du moteur et de la boîte pilotée.

Vertueuse par… essence

Contact, moteur et il suffit d’effleurer la pédale des gaz pour démarrer tranquillement… en mode électrique ! Douceur, silence et volupté sont de mise et, avec un peu de sagesse, je parviens à mener ce Peugeot 3008 Hybrid4 sur plusieurs kilomètres (4,5 km selon Peugeot) sans mettre en route le 2.0 HDi… à condition bien sûr de ne pas dépasser les 50 km/h. Démonstration est faite que dans les zones à circulation restreinte, ce crossover aura tout à fait sa place.

Il est temps maintenant de passer aux choses «sérieuses» et c’est sans vergogne que j’enfonce carrément la pédale d’accélérateur. Bing ! La puissance et le couple cumulés du 2.0 HDi FAP et du moteur électrique propulsent ce crossover à la vitesse d’une vraie sportive : il y a bien 200 ch et 500 Nm de couple sous le capot !

Reste alors à tester le système Stop&Start et l’embrayage piloté (un classique déjà en série sur 3008 avec le 2.0 HDi FAP de 150 ch) afin d’améliorer encore la sobriété du 3008 Hybrid4. Une série de panneaux «Stop» me force à l’arrêt, avec coupure du moteur et redémarrage au lever de pied sur le frein. D’une efficacité exemplaire, ce système est d’une grande douceur de fonctionnement, sans vibration ni bruit.

Quant à la boîte pilotée 6 rapports BMP6, c’est elle qui permet aussi de «lisser» les transitions entre mise en route ou arrêt du moteur HDi et/ou du moteur électrique. Et là, même constatation : les manœuvres s’effectuent en toute transparence pour le conducteur qui n’a que les témoins lumineux pour savoir sur quel type d’énergie il roule !

Le vice et la vertu

De retour au parking, en coupant le moteur, une bonne surprise m’attend : l’ordinateur de bord, malgré mes fanfaronnades assez vicieuses pour la consommation en mode «boost», indique un niveau de batteries 100 % rechargées, autorisant un parcours en mode «ZEV» (Zero Emission Vehicle) : j’ai compensé mes performances dynamiques par une recharge en électricité. Et, théoriquement, j’ai émis 99 g/km de CO2, excellent pour la catégorie. Hélas, il vous faudra attendre le printemps 2011 pour pouvoir à votre tour prendre place derrière son volant.

Notre avis

Bien

Excellentes performances
Sobriété surprenante
Bonne gestion des transitions moteur

A revoir

Poids
Prix annoncé «premium»
Intérêt écologique à démontrer