Flotte de l’État : régime minceur et régime vert

Depuis 2009, la première flotte de France est engagée dans une démarche volontaire d’optimisation. Les résultats dépassent les objectifs fixés et veulent incarner l’exemplarité voulue par les gouvernements successifs. Avec également comme conséquence de verdir le parc automobile de l’État en recourant à des motorisations hybrides et électriques.

- Magazine N°200
802
Flotte de l'État : régime minceur et régime vert

Si l’information est bien le nerf de la guerre, en 2009, l’État manquait cruellement de données pour mener la bataille de l’optimisation de sa flotte. « Le ministère des finances de l’époque s’était trompé de 10 000 véhicules », se souvient Jean-Pierre Sivignon, responsable de la mission interministérielle en charge du pilotage de la flotte de l’État.

Depuis, la situation a radicalement évolué. Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP) et après le passage de deux circulaires (2010 et 2012), la flotte a été réduite de 18 000 unités à un peu plus de 60 000 véhicules ; le budget annuel pour la maintenance...

PARTAGER SUR