Flotte frigorifique : les bonnes pratiques des Transports G. Hochet

Forts de 35 véhicules, les Transports G. Hochet s’appuient sur les avantages de leurs activités frigorifiques et ont choisi avec soin leurs véhicules.
1186
Transports G. Hochet
TGH apprécie les tracteurs Volvo pour ses transports frigorifiques en camions complet, en particulier le FM pour la distribution régionale.

Transporteur frigorifique en camions complets depuis 1988, les Transports G. Hochet (TGH) ont pris un virage stratégique en 2014. Leur adhésion au groupement FLO a alors apporté le fret industriel qui a complété leurs plans de transport.

« Nous réalisons 60 % de nos activités en transport national ou régional sous température dirigée de produits alimentaires et pharmaceutiques ou de viande suspendue, explique Nicolas Hochet, codirigeant de l’entreprise. Nous approvisionnons des centrales d’achat et livrons des magasins depuis ces centrales. Mais nous avons besoin de flux pour nos retours au dépôt. »

« Sans le fret industriel confié par FLO et FLO Palettes pour les Côtes-d’Armor et nos propres groupages, 80 % de ces retours pourraient se faire à vide. Ce fret industriel équilibre nos flux et permet d’assurer les rotations régulières que réclament nos clients du froid. Nous avons donc obtenu leur accord pour recharger des palettes de FLO après nettoyage et désinfection des véhicules. Ainsi, nous optimisons nos véhicules frigorifiques en réalisant avec eux 90 % de nos 6 millions d’euros de chiffre d’affaires », poursuit Nicolas Hochet. Les 10 % restants recouvrent de la distribution sur le département.

Transports G. Hochet
En adhérant au groupement FLO, TGH a trouvé le fret industriel qui rentabilise le retour de ses véhicules. Pour ces flux, il utilise le Renault Trucks T.

Remorques polyvalentes et tracteurs efficients

Une stratégie bénéfique pendant la pandémie de covid-19, quand seuls les produits alimentaires et pharmaceutiques pouvaient circuler. Mais qui a aussi impliqué des choix. Les remorques ne sont plus mono-clients. Et s’équipent de rails pour les balancelles des viandes suspendues. Ou bien elles sont multi-températures et dotées d’un rideau d’air et d’un rideau de porte arrière pour les transports pharmaceutiques. Nicolas Hochet recourt à Lamberet et Chéreau, « experts dans les matériels spécifiques ».

Le transporteur choisit aussi attentivement ses tracteurs. « Le Volvo FM est excellent pour le transport régional avec sa bonne visibilité, son silence et son confort. Et sa cabine basse fatigue moins les chauffeurs qui attèlent et détèlent fréquemment. Le Renault Trucks T, lui, est plus efficient pour le national que le T High, trop haut. »

Transports G. Hochet
TGH réalise aussi de la location de véhicules frigorifiques avec conducteur, notamment pour des produits pharmaceutiques ou des clients importants.

Duo Transics et GPI pour les interfaces

Les 35 véhicules de TGH sont Euro 6 et diesel. « J’attends que l’Oleo100 devienne Crit’Air1 [ndlr, attendu pour le second semestre 2021] pour l’adopter, justifie Nicolas Hochet. L’investissement se limite à 3 000 à 4 000 euros par véhicule, pour une autonomie identique à celle du gazole. Étant situé en région, je peux avoir ma cuve et réalimenter mes camions qui reviennent systématiquement au siège. »

Enfin, Nicolas Hochet a choisi Transics pour la télématique et GPI pour la gestion du transport (TMS) parce qu’ils s’interfacent aisément entre eux. Ce qui facilite la remontée en temps réel « des alertes sur la sécurité alimentaire et routière, la pression des pneus ou le contrôle des températures qui nous permettent de réagir. Ces outils s’interfacent bien aussi avec le système informatique Xyric de FLO », conclut-il.

Notre précédente brève sur le transport frigorifique

Transports G. Hochet
Pour TGH, la fermeture des remorques par rideau plutôt que par des doubles portes est un gage de sécurité pour ses conducteurs.
PARTAGER SUR