Flottes automobiles : les différents moyens de financement

Ci-dessus le détail des principales voies de financement d'une flotte automobile.

1346

1. L’achat d’un véhicule d’occasion

Solution largement plébiscitée par les artisans, elle permet d’acquérir à moindre coût des véhicules dont on sait qu’ils vont avoir une durée de vie relativement longue. Ce sont en général des véhicules dont l’amortissement est lissé sur des années. C’est le cas notamment des utilitaires légers dont les configurations et les aménagements sont parfois spécifiques au métier de l’artisan.

> Avantages :

• Permet de financer son équipement à un coût particulièrement attractif, notamment pour des véhicules qui gardent une valeur importante même au bout de plusieurs années d’usage.

> Inconvénients :

• Expose aux risques du marché de l’occasion. Pour les véhicules d’occasion, la durée des prêts est plus courte (et dépend de l’âge du véhicule) et le crédit-bail est rarement accepté par les banques.

2. Le crédit classique

Ce mode de financement sert aussi bien à l’achat d’un véhicule neuf que d’un véhicule d’occasion. C’est la solution la plus simple à mettre en oeuvre. Il suffit à l’artisan de négocier un prêt avec son banquier qui vérifiera sa solvabilité.

La banque se protège en gageant le ou les véhicules achetés. Sa durée moyenne court sur 3 à 7 ans.

> Avantages :

• Permet d’être propriétaire tout de suite et de protéger sa trésorerie contrairement à un achat au comptant.

> Inconvénients :

• Ne tient pas compte des frais annexes de gestion qui sont néanmoins maîtrisables quand l’artisan possède un seul ou quelques véhicules. Mais dès que le nombre de véhicules est important, au-delà d’une dizaine par exemple, le temps mobilisé par la gestion devient trop long.

• Ne tient pas compte de l’avance de trésorerie pour payer la TVA. Certes, cette dernière est récupérée, mais il faut d’abord la décaisser. Un problème en cas de manque de liquidités.

3. Le crédit-bail ou la LOA (location avec option d’achat)

• Louer le véhicule avec la possibilité de le racheter à la fin du contrat permet de lisser la charge plus subtilement qu’un crédit classique. De plus, le prix de rachat est souvent avantageux pour l’acquéreur. Une solution intéressante pour les véhicules qui ont une durée de vie longue et peuvent subir les « outrages du temps » sans risque de devoir payer des frais de remise en état.

> Avantages :

• Évite l’avance de la TVA, son financement étant inclus dans le loyer. Crédits d’impôts dans le cas des véhicules propres.

> Inconvénients :

• Le paiement de la carte grise, qui est à la charge du loueur pendant toute la durée de la location, échoit à l’artisan quand celui-ci lève son option d’achat.

4. La location longue durée (LLD)

C’est de la location pure sur des périodes qui vont de deux à quatre, voire cinq ans. Ce mode de financement convient bien aux VUL dont l’usage est intensif et permet de lisser le mieux possible le coût du ou des véhicule(s) loué(s). Il donne également accès à de nombreux services qui vont de la maintenance au véhicule de remplacement en passant par les pneumatiques, les assurances, etc.

> Avantages :

• Permet d’intégrer l’ensemble des prestations liées à l’usage du véhicule dans le montant du loyer. Ainsi, l’artisan

obtient une meilleure visibilité sur les coûts.

> Inconvénients :

• Risque de frais de remise en état importants quand le véhicule est abîmé, ce qui est souvent le cas pour les artisans.

PARTAGER SUR