Ford Kuga 3 : il veut manger du lion

Le nouveau Kuga, le SUV compact de Ford, attaque frontalement la concurrence hexagonale en offrant « plus pour moins ». Explications.

1371
Ford Kuga
Kuga ST-Line X EcoBlue Hybrid

C’est lors d’une conférence de presse un peu particulière, en visio et confinée, état d’urgence sanitaire oblige, que Ford France a présenté la troisième génération de son Kuga. Nous aurions dû vous rapporter ici les essais détaillés de ce SUV compact devenu grand – 4,61 m de longueur, soit près de 9 cm de plus et 44 mm de plus en largeur. Mais nous ne pourrons que vous en donner les caractéristiques les plus marquantes. Et elles ne manquent pas !

Des motorisations inédites

Au premier rang, une large palette de motorisations inédites. Avec en diesel le 1.5 EcoBlue de 120 ch à 135 g et le 2.0 Ecoblue de 190 ch à 155 g, et en essence le 1.5 EcoBoost de 150 ch à 155 g. Mais Ford propose aussi une hybridation légère de 48 V en diesel avec le 2.0 EcoBlue mHEV de 150 ch à 136 g. Ainsi qu’une hybridation essence non rechargeable de 200 ch commercialisée fin 2020 (2.5 atmosphérique de 164 ch et 118 ch électriques) et une hybridation rechargeable de 225 ch pour 32 g, déjà vue sous le capot de la grande Mondeo.

Un positionnement tarifaire inédit

Cet arsenal doit permettre à Ford de reconquérir des parts de marché perdues, tout en se conformant sans trop de difficultés aux 95 g de la norme CAFE pour 2022. Les arguments ne manquent pas et c’est surtout le positionnement tarifaire qu’il faut souligner : à prestations et motorisations équivalentes, ce nouveau Kuga commercialisé dès aujourd’hui est à plusieurs milliers d’euros de moins que son grand concurrent frappé du lion.

Ainsi, le 225 ch essence hybride rechargeable est à 42 200 euros TTC en ST-Line Business alors que le Peugeot 3008 de 225 ch à 31 g s’affiche à 45 350 euros en Allure Business. Cela promet des loyers très compétitifs. Plus classiquement, la gamme ST-Line Business du Ford Kuga est à 34 100 euros en 150 ch essence, 34 400 euros en 120 ch diesel et 36 000 euros en 150 ch à hybridation légère.

PARTAGER SUR