Publi-Communiqué

Former les collaborateurs à l’éco-conduite

La conduite reste bel et bien un critère prépondérant avec les pneus : accélérations brusques, coup de frein intempestifs, chocs contre les trottoirs et courbes négociées trop vite diminuent leur durée de vie. Sans compter qu’une telle conduite entraîne une consommation de carburant à la hausse et des risques plus élevés d’accident. Pour générer des gains, la prévention constitue donc le premier levier et les spécialistes des formations à l’éco-conduite estiment qu’un comportement sobre fait baisser de 6 à 10 % le budget pneumatiques.

670
Former les collaborateurs à l’éco-conduite

Cités par un grand manufacturier français, des essais in situ ont révélé l’importance de la conduite sur les consommations de pneus. L’expérience a porté sur cinq chauffeurs conduisant le même véhicule équipé des mêmes pneumatiques, sur le même parcours et sur une route ouverte à la circulation. Les véhicules étaient pourvus d’instruments pour mesurer les niveaux d’accélération transversale et longitudinale. Les résultats sont édifiants. La vitesse moyenne du conducteur le moins rapide était de 57 km/h, celle du plus rapide de 72 km/h, soit une différence de seulement 15 km/h. En revanche, les niveaux d’accélération et de décélération (longitudinale et transversale) allaient du simple au double et le rapport d’usure des pneus variait de 1 à 6. Autre expérience : la vitesse moyenne des deux chauffeurs était identique (72 km/h), mais les niveaux d’accélération sensiblement différents. Et celui qui accélérait le moins affichait un taux d’usure inférieur de moitié.

PARTAGER SUR