France Boissons passe au biocarburant HVO-XTL et prépare son électromobilité

Visant le zéro achat de véhicules thermiques en 2024, France Boissons bascule 70 % de sa flotte au HVO-XTL pour réduire ses émissions de CO2 et teste un Renault Trucks D Z.E. électrique.
1608
France Boissons biocarburant
Depuis janvier 2022, France Boissons alimente ses camions de livraison au PurXTL d’Altens.

Engagé depuis 2021 à réduire les émissions de GES des 700 véhicules de sa flotte d’ici 2025, France Boissons a commencé depuis janvier à alimenter 50 % de ses sites au biocarburant HVO100 ou PurXTL d’Altens. « Nos poids lourds de Marseille, Nice et Montpellier roulent déjà au PurXTL sans souci de moteur, ni de consommation, explique Jean-François Agenor, directeur transport de France Boissons. Fin 2022, Gennevilliers aura sa cuve aérienne de 20 000 l, puis quinze sites suivront en 2023. Fin 2024, 50 % de nos sites seront équipés et 70 % de notre flotte roulera au HVO100 ».

Pour en finir avec le thermique, France Boissons choisit le PurXTL…

Le directeur justifie cet engagement dans le HVO100 alors qu’il a réceptionné dix Fuso eCanter électriques en 2021 pour neuf métropoles. « Altens n’étant pas un réseau pétrolier, nous n’avons subi aucune pénurie pendant les grèves, précise-t-il. Et si la charge utile et la compacité des eCanter conviennent aux hyper-centres, leur PTAC restera inférieur à 8,5 t, alors que 70 % de nos livraisons exigent des porteurs de 16 à 19 t. Nous ne renouvelons que 70 camions par an et comme notre but est de réduire nos émissions de GES d’ici 2030 pour atteindre zéro émission nette d’ici 2040, le PurXTL abaissera nos émissions et nous pourrons cesser nos achats de camions thermiques dès 2024 ».

500 des 700 camions de livraison de France Boissons étant des porteurs de 16 à 19 t, le biocarburant PurXTL les verdira à moindre coût.

… un biocarburant qui émet 83 % moins de CO2 que le gazole

De fait, concernant le PurXTL, l’expert carbone de l’Ademe a attesté en juillet que « son facteur d’émission carbone est de 0,54 kg de CO2-eq par litre ». Il est donc « inférieur de 83 % à celui du gazole B7 qui est à 3,1 kg de CO2-eq/litre et à ceux du B100 (1,21 kg de CO2-eq/litre) et du bioGNC (0,61 kg de CO2-eq/litre) ». Altens et les constructeurs ont donc demandé la vignette Crit’Air1 pour les camions roulant au PurXTL.

« Tous nos camions au gazole pourront rouler au PurXTL, commente Jean-François Agenor. Son prix dépasse celui du gazole, mais nous l’acceptons pour améliorer notre bilan CO2. Il inclut aussi le financement de la cuve d’Altens, qui sera amorti à la fin de notre premier contrat d’achat de PurXTL ».

France Boissons testera en conditions d’exploitation un Renault Trucks D Z.E. E-Tech en vue d’en commander vingt exemplaires pour fin 2023.

Des 16 t Renault Trucks D Z.E. ou Volta Trucks

France Boissons ne renonce pas pour autant à l’électromobilité. « Nous prendrons le temps de trouver le modèle qui influera sur notre bilan carbone global, confie Jean-François Agenor. En décembre, nous testerons un Renault Trucks D Z.E. de 16 t durant un an avant d’en commander vingt exemplaires pour fin 2023. En 2024, nous commanderons quarante autres porteurs électriques, dont peut-être des Volta Zero. Nous avons apprécié sa cabine basse qui réduit les risques d’accident pour les conducteurs et pour les autres usagers routiers ». La recharge s’effectuera de nuit sur des bornes AC de 22 kWh. « Cela suffira pour nos tournées qui sont matinales et n’exigent que 120 km d’autonomie, indique le directeur transport. Mais nous étudions l’usage d’énergie photovoltaïque pour alimenter les bornes ou les camions ».

Le Volta Zero et sa cabine basse ont impressionné Jean-François Agenor et il pourrait aussi en intégrer dans sa flotte en 2024.
PARTAGER SUR