France Boissons : cap sur le verdissement de la flotte

France Boissons, la filiale de Heineken qui livre un quart des cafés et hôtels-restaurants de France, s’engage à verdir sa flotte et à atteindre la neutralité carbone en 2040.
2489
France Boissons
Livrant un quart des cafés et hôtels-restaurants français, France Boissons s’est engagé dans la transition énergétique en tant que chargeur et que transporteur pour compte propre.

France Boissons destine sa distribution de boissons et de services au marché de la Consommation Hors Domicile (CHD). Cette filiale de Heineken livre 50 000 clients. L’entreprise s’engage désormais pour verdir sa flotte. Elle rejoint en effet la Stratégie Nationale Bas Carbone de réduction des émissions de GES 2050. Car, pour France Boissons, « agir dès maintenant » est « impératif ».

En préparant sa neutralité carbone, France Boissons anticipe sur ses pratiques industrielles urbaines futures, comme la récupération du verre non consigné et des déchets.

France Boissons : 700 petits et moyens porteurs

La flotte de France Boissons effectue les transports comme les chargements. En tant que transporteur, France Boissons dispose d’une flotte de 700 petits et moyens porteurs. Ils assurent la livraison des marchandises aux clients depuis 50 sites de dispatching. Comme chargeur, l’entreprise recourt à 40 transporteurs. Ils approvisionnent par semi-remorques et par rail-route ses 72 implantations françaises, dont 15 plateformes régionales. Et la CHD connaissant une forte saisonnalité de son activité, le distributeur loue une partie de sa flotte en été, ce qui accroît ses capacités.

Ce maillage organisé en étoile dans l’Hexagone limite à 200 km les parcours autour des métropoles. Une pratique saine pour l’environnement mais qui n’a pas empêché France Boissons de redoubler d’efforts en rejoignant le programme EVE. Acronyme pour « Engagements Volontaires pour l’Environnement », EVE a vu le jour en 2019.

France Boissons s’aligne sur deux dispositifs

Dans le cadre du programme EVE, France Boissons s’engage dans deux dispositifs. D’un côté, l’objectif CO2, pour sa flotte opérée en propre. Et, de l’autre, FRET21, pour ses achats de transport. « Le programme EVE nous permettra d’améliorer durablement notre impact carbone », souligne Jean-François Agenor, directeur transport de France Boissons. Et ce, « en bénéficiant d’outils opérationnels pour évaluer nos émissions, d’une méthodologie éprouvée pour piloter nos actions et d’un accompagnement individualisé », poursuit-il.

« FRET21 répond à nos besoins au titre de chargeur et nous pouvons également nous appuyer sur Objectif CO2 en tant que transporteur pour compte propre », explique Jean-François Agenor. Et de conclure : « Cette adhésion nous permettra d’économiser du CO2, d’optimiser notre empreinte et d’anticiper l’industrialisation des dix prochaines années. »

En tant que chargeur, France Boisson incite ses sous-traitants à pratiquer l’écoconduite et à utiliser des doubles planchers dans leurs remorques.

France Boissons veut acquérir 570 camions électriques

France Boissons dispose depuis fin 2021 d’une flotte à 95 % de camions Euro 6 et Euro 5. La société a intégré début 2022 des camions électriques. Ces derniers servent à la distribution dans les centres-villes et les ZFE-m (zones à faibles émissions-mobilités). « Pour accéder aux centres historiques, nous nous devons de correspondre à de nouvelles contraintes », justifie Xavier Fiorina, directeur supply chain de France Boissons. Et cela, « même si nous avons des charges lourdes, avec 350 kg en moyenne par commande », précise-t-il.

Dix camions électriques Fuso eCanter de 7,5 t livrent ainsi les clients dans plusieurs villes. À Bonneuil-sur-Marne (94) et Gennevilliers (92), à Bordeaux, Nantes, Nice, Marseille, Montpellier, Lyon, Grenoble et à Geispolsheim près de Strasbourg. Ces camions disposent d’une autonomie de 100 km. Ils se rechargent directement sur les sites à partir de bornes rapides et lentes.

Début 2022, France Boissons a réceptionné dix Fuso eCanter, premiers porteurs électriques d’une flotte électromobile qui atteindra 570 véhicules après 2031.

France Boissons s’implique aussi dans le Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA). Dans ce sens, l’entreprise déploiera 270 camions électriques sur ses sites d’ici 2027. La société couvrira ainsi 100 % des métropoles désignées comme ZFE-m. Puis, à partir de 2031, l’acquisition de 300 camions électriques supplémentaires complétera sa flotte urbaine. France Boissons réfléchit aussi à l’emploi de vélos cargos. Ils constitueraient un mode de livraison alternatif complémentaire au camion.

Transition énergétique par le XTL

Les emballages et le réemploi des contenants demeurant pour ses clients un enjeu majeur, France Boissons a déployé une pratique de reprise du verre perdu (non consigné) et des déchets sur ses sites de Strasbourg, Nantes et Angers pour recyclage. 

L’entreprise a également signé un partenariat avec Quatra. Cette société belge collecte auprès des établissements CHD les huiles et les graisses alimentaires usagées pour les recycler. Celles-ci deviennent du biodiesel XTL, et les résidus de friture, du biogaz.

De cette manière, et depuis 2021, France Boissons convertit au biodiesel XTL une part croissante de ses camions thermiques. Une énergie de transition en attendant la phase tout-électrique. D’ici 2025, l’entreprise réduira de 60 à 90 % les émissions de CO2 de sa flotte thermique.

En récupérant les huiles et graisses usagées de ses clients pour les faire recycler en XTL par Quatra, France Boissons a intégré le XTL comme biocarburant pour ses camions.
PARTAGER SUR