Les Franciliens perdent de plus en plus de temps dans les bouchons

Le bilan pour l’année 2017 de V-Traffic fait état de difficultés de circulation croissante. Qu’ils s’agissent des grands axes, du périphérique ou de toute l’Île-de-France, les automobilistes passent de plus en plus de temps sur la route.

1253
V-Traffic bouchons et embouteillages Île-de-France
Les embouteillages n'ont fait qu'augmenter en 2017 CC

Une année 2017 plus embouteillée que jamais. C’est ce qu’a constaté V-Traffic dans la 5e édition de son étude sur l’état de la circulation en Île-de-France publiée le 14 mai. Ce rapport fait état d’une augmentation des kilomètres d’embouteillage : un bond de 10,5 %, soit 21 km en plus comparé aux 200 km de l’année dernière. Selon le prestataire, le mois de décembre aurait joué un rôle majeur dans son bilan. En effet, les grèves des RER A et B ayant eu lieu à partir du 12 décembre ainsi que les problèmes de circulation engendrés par le sommet climatique de Boulogne-Billancourt (92) ont entraîné un pic de 552 km de bouchons dès 9 h dans l’ensemble de la région parisienne.

Artères bouchées et portes embouteillées

Le boulevard périphérique, l’artère la plus prompte à être ralentie ou bouchée en Île-de-France, a été analysé par V-Traffic. L’équipementier souligne que le sud de cet axe a été particulièrement pénible pour les automobilistes, notamment entre la porte d’Auteuil et la porte de Bagnolet. Du côté des autoroutes, l’A6 est restée la voie la plus chronophage avec 108 % de temps perdu. Mais les automobilistes ont passé du temps dans les bouchons quel que soit le chemin emprunté : les conducteurs ont perdu 50 % de temps dans le sens Paris-banlieue. Le tronçon situé entre les portes de Bagnolet et de Bercy s’est révèlé particulièrement lent pour les chauffeurs qui mettent 2,5 fois plus de temps aux heures de pointe.

PARTAGER SUR