Constructeurs ou indépendants : quels réseaux d’entretien choisir ?

Franck Briquez, Escot Telecom : « Notre entreprise se doit, pour satisfaire nos clients, d’être très réactive »

Escot Telecom emploie 380 collaborateurs et est à la tête d’une flotte de 480 véhicules répartis dans l’ensemble de la France et dans les Territoires d’Outre-Mer. Avec des modèles de type Renault Kangoo et Renault Express, les marques françaises sont privilégiées et Escot Telecom a choisi Volvo comme principal fournisseur en matière de poids lourds. Franck Briquez, directeur logistique, détaille les processus mis en place pour entretenir cette flotte.

- Magazine N°147
1137
Franck Briquez, Escot Telecom :

Flottes Automobiles : Comment sont financés vos véhicules et combien de temps les conservez-vous ?

Franck Briquez : La plupart de nos véhicules appartiennent à notre entreprise, mais certains sont en location longue durée avec des contrats d’entretien, notamment en ce qui concerne nos poids lourds. Nous n’avons pas de loueurs attitrés à proprement parler car nous travaillons essentiellement avec les entreprises qui nous fournissent les moyens spécifiques que nous recherchons. Pour ce qui est de nos véhicules légers, nous les conservons généralement 5 à 6 ans, mais le fort kilométrage annuel nous oblige parfois à procéder à des remplacements anticipés. Chez Escot Telecom, nos agents peuvent parcourir jusqu’à 80 000 kilomètres par an et près de 55 000 kilomètres en moyenne.

F. A. : Pour entretenir vos véhicules, à quels réseaux faites-vous appel ? Pour quelles raisons avez-vous fait ce choix ?

F. B. : Nous travaillons avec des enseignes nationales telles que Speedy, Carglass ou le réseau Renault mais aussi avec des enseignes du Bassin d’Aurillac. Très attaché à cette identité auvergnate, notre PDG, Gérard Escot, souhaite privilégier les entreprises avec lesquelles il travaille depuis la création, il y a 35 ans bientôt, d’Escot Telecom.

F. A. : Lors de l’entretien, comment s’opèrent la prise en charge par les réseaux, la facturation et la restitution du véhicule ? Etes-vous satisfait de ces procédures ? Pour quelles raisons ?

F. B. : La prise en charge par les réseaux est faite après négociation du service logistique. Tout est centralisé au siège social à Aurillac, d’où partent les demandes de devis, les bons de commande et les autorisations de travaux sur les véhicules. Un accord est passé avec chaque garage, dans lequel il est spécifié qu’aucune demande d’intervention ne peut se faire sans l’accord de ce même service logistique. Les rendez-vous sont pris et respectés par les garages. Nous en sommes généralement satisfaits, d’autant plus que la plupart du temps les garages nous font des diagnostics sur les pièces d’usure et nous renseignent par ce biais sur l’état de notre flotte éloignée.

F. A. : Pour les réparations de carrosserie, le changement des pneumatiques, la réparation ou le remplacement des vitrages, à quels réseaux faites-vous appel ? Pour quelles raisons ?

F. B. : Speedy, Vulco ou Siligom pour ce qui est de pneumatiques, Speedy, Carglass et Mondial Pare-Brise pour les vitrages sont les enseignes privilégiées pour l’importance de leur réseau sur le plan national et pour leur stock important de pièces détachées.

F. A. : Pour vous, quels sont les avantages et les inconvénients des réseaux constructeurs et ceux des enseignes de la réparation rapide ?

F. B. : La garantie sur les pièces détachées et la qualité de la main d’œuvre font partie des plus gros avantages à travailler avec les réseaux des constructeurs. En revanche, le coût des réparations et les délais rallongés par rapport à des garages de moindre importance sont parfois préjudiciables. pour la réparation rapide, c’est la rapidité justement des interventions qui est la raison essentielle pour laquelle nous travaillons avec ce genre d’enseigne. Notre entreprise se doit, pour satisfaire nos clients, d’être très réactive. Le stock important des pièces détachées et les délais de prises en charge nous permettent de ne pas immobiliser nos véhicules très longtemps et ainsi de respecter nos délais d’intervention chez nos clients.

F. A. : Dans l’avenir, envisagez-vous de revoir votre organisation actuelle pour entretenir et réparer vos véhicules ? Pour quelles raisons ?

F. B. : Ce processus nous convient. Cela dit, nous réalisons un bilan chaque année de nos fournisseurs et de nos réseaux de dépannage. Pour des raisons budgétaires et d’efficacité, nous serions prêts à remettre en cause cette organisation. Mais nos partenaires font généralement le nécessaire pour que nous continuions à travailler ensemble.

Constructeurs ou indépendants : quels réseaux d’entretien choisir ?

PARTAGER SUR