Fretlink implique les TPE-PME du transport avec TIP et Edenred

Bousculant le marché de la bourse de fret, Fretlink a invité dans son capital Edenred et TIP Europe. Objectif : sécuriser les contrats en appels d’offre des chargeurs par des offres de services pérennes portées par les PME du transport.

1276
Fretlink

D’après Fretlink, 15 % des opérations de transport prévues dans les appels d’offres des chargeurs basculent sur le marché « spot » des bourses de fret. En cause selon le commissionnaire de transport : leur trop faible rapport pour les prestataires. Pour éliminer les surcoûts que suscitent ces défaillances pour les chargeurs, Fretlink a créé, sur sa plate-forme numérique de fret, une offre de transport européenne impliquant les TPE et PME détentrices de 5 à 70 camions. Le commissionnaire intéresse celles-ci par un contrat de transport pouvant représenter jusqu’à 20 % de leur chiffre d’affaires annuel. Avec en outre des tarifs rentables, des offres de fret de retour, mais aussi des services financiers complémentaires proposés par ses nouveaux actionnaires Edenred et TIP Europe (voir notre brève sur TIP Europe).

TIP s’ouvre aux TPE

Entré dans le capital de Fretlink à l’occasion de son appel de fonds en 2019, Edenred apporte à la carte de crédit UTA Fretlink des réductions sur le prix des carburants et sur les dépenses quotidiennes, mais aussi des services de confort pour les conducteurs. De son côté, TIP Europe a pris des parts de Fretlink pour élargir sa clientèle aux PME et TPE. TIP Europe leur propose ainsi de la location courte durée de semi-remorques à des conditions attractives pour qu’ils augmentent ou réduisent à volonté leur parc.

Le réseau de prestataires mis en place depuis 2016 par Fretlink couvrira en 2020 plus de 400 clients, dont Intermarché, Procter et Gamble, Nestlé, Ferrero ou Mars, et 15 000 transporteurs répartis dans cinq pays européens. Fretlink compte réaliser l’an prochain un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros, tout en affichant pour son réseau un gain environnemental par la réduction des véhicules de fret roulant à vide, soit 25 % du parc en circulation.

PARTAGER SUR