Fujitsu veut électrifier sa flotte

L’entreprise d’informatique Fujitsu veut électrifier sa flotte pour délaisser progressivement le diesel au profit de véhicules hybrides et électriques.
836
Fujitsu électrifie flotte

Fujitsu électrifie sa flotte de 150 véhicules de fonction. Ainsi, des Tesla, Skoda Enyaq iV ou encore BMW i4 entrent progressivement en parc. Cette flotte sert aux des commerciaux, responsables grands comptes et techniciens.

Un changement à TCO constant

Fujitsu a pris le parti de basculer progressivement sa flotte vers des véhicules 100 % électriques et hybrides non rechargeables. Jusqu’ici, la flotte se composait de 60 % de diesel et de 40 % d’hybrides. Et cette transition va s’opérer à TCO constant, notamment grâce à des économies sur plusieurs postes de dépenses, indique Fujitsu.

Conseillée par le fleeteur Ask, l’entreprise a par exemple remis à plat sa politique mono-loueur. Elle fait désormais appel à trois loueurs mis en concurrence pour obtenir des loyers plus intéressants. Fujitsu a également revu certains postes comme les pneus ou diminué ses frais de remises en état. « Ces optimisations permettent aujourd’hui de financer de nouveaux véhicules plus qualitatifs et plus vertueux envers l’environnement », résume Fujitsu.

Fujitsu électrifie sa flotte en fonction des usages

Ask a également accompagné Fujitsu pour une bonne adaptation des véhicules aux usages. « Nous nous sommes interrogés ensemble afin de construire une cartographie des usages. Nous voulons ainsi définir les véhicules propres les mieux adaptés à chaque profil de collaborateurs », indique Fabien Dieu, directeur général d’Ask.

Cet accompagnement a participé à l’adhésion à la nouvelle car policy. « Un événement de présentation a été organisé avec les salariés éligibles à la politique automobile. Ils ont tout de suite adhéré à cette initiative. Et nous enregistrons une demande accrue en véhicules électriques », note Anne Talagrand, DRH de l’entreprise. Fujitsu indique par ailleurs prévoir poursuivre sa collaboration avec le fleeteur. Avec l’objectif de bénéficier de sa veille sur le marché automobile et de son accompagnement dans la maîtrise des frais de restitution. Mais aussi pour déployer, demain, le crédit mobilité.