Les conseils de Fullcar Services pour optimiser les coûts d’une flotte

Le spécialiste du convoyage Fullcar Services a livré quelques conseils aux responsables de flotte pour réaliser des économies. Parmi ses solutions : recourir à l’autopartage plutôt que la LCD et LMD, limiter les frais supplémentaires à la restitution et réduire les coûts d’entretien indirects.

468
Fullcar Services gestion flotte
Photo d'illustration (C) Pixabay

En tant que responsable de flotte, vous renégociez déjà vos contrats ou l’achat de vos véhicules pour optimiser leur coût d’usage. Mais est-ce suffisant ? Prestataire de convoyage, conciergerie, lavages sur site ou encore gestion de véhicules en autopartage, Fullcar Services a identifié auprès de ses clients des pistes d’économies potentielles, exposées lors d’une conférence en ligne le 19 novembre 2020. Voici cinq conseils.

  1. Privilégiez l’autopartage aux locations de courte et moyenne durée

Yves Cadio, directeur des opérations depuis 7 ans chez Fullcar Services.
Yves Cadio, directeur des opérations depuis 7 ans chez Fullcar Services.

Véhicules non livrés, en panne ou en surcroît d’activité : face à ces problèmes, certains gestionnaires ont recours aux locations de courte ou de moyenne durée. Mais selon Fullcar Services, la mise en place de l’autopartage permettrait de réaliser des  économies plus importantes. « Nous nous sommes aperçus que, lorsque nos clients disposaient d’un ou plusieurs véhicules partagés, leurs dépenses étaient diminuées puisque la facturation est adaptée à l’utilisation des collaborateurs », affirme ainsi Yves Cadio, directeur des opérations chez Fullcar Services.

  1. Abaissez vos frais de remise en état

« Avant la restitution, les frais de remise en état non prévus s’élèvent entre 800 et 1 500 euros du fait du manque de soins apportés au véhicule », constate Yves Cadio. Fullcar Services conseille ainsi aux gestionnaires de parc d’effectuer les réparations dès les premières rayures, à des tarifs négociés et au fur et à mesure. Ce suivi régulier des véhicules dès six mois d’ancienneté permettra d’abaisser au maximum ces frais de remise en état.

  1. Évitez la facturation d’un loyer sur un véhicule restitué

« Lors de la restitution, les collaborateurs oublient fréquemment la carte grise ou le double des clés. Or, tant que ces éléments ne sont pas récupérés par le loueur, le loyer ne s’arrête pas, poursuit Yves Cadio. Sur nos flottes, nous avons ainsi constaté un écart moyen de trois à sept jours entre la date de restitution et celle où l’arrêt a été pris en compte. Sachant que le coût d’un loyer moyen s’élève entre 500 et 700 euros, multipliez ce chiffre pour une flotte de plus de 500 véhicules. Le calcul est vite fait. »

La solution selon lui : faire appel à un tiers de confiance. Celui-ci ira chercher le véhicule chez le conducteur, puis le déposera chez un concessionnaire ou dans un parc de stockage en s’assurant de la présence des pièces nécessaires auprès du loueur.

  1. Ne pas payer d’indemnités de restitution anticipée

Afin d’éviter les indemnités dues en cas de rupture anticipée d’un contrat de LLD, par exemple lors du départ d’un collaborateur, « certains responsables de flotte réaffectent un véhicule à quelqu’un d’autre plutôt que de le restituer », avance Yves Cadio. Pour ce dernier, une réaffectation aura un impact positif sur le TCO d’autant plus important que le véhicule est récent (moins de 24 mois). « Au-delà de 48 mois, lorsque les dommages sont trop importants, mieux vaut restituer le véhicule tel quel pour éviter des frais de remise en état conséquents », conseille-t-il.

  1. Réduire les coûts indirects de l’entretien d’une flotte

Enfin, Fullcar Services relève aussi l’existence de coûts cachés. « Pendant que le conducteur amène son véhicule en révision, il perd du temps de travail. Si les prestations de jockey représentent un coût supplémentaire au départ, elles assurent un entretien régulier du parc, ce qui permet à terme de réaliser bien plus d’économies », argumente Yves Cadio.

PARTAGER SUR