Gamme verte : General Motors se lance dans l’écologie

Le 16 mai dernier, GM présentait l’ensemble de sa gamme «verte» à Turin, où est installé son centre de développement international. Aucune piste n’est négligée par le groupe américain. « Les technologies existent. Le véritable défi consiste à les commercialiser en restant au plus près des prix du marché », déclare ainsi Mike Arcamone, vice-président de GM Powertrain Europe.

- Magazine N°140
529

Le lancement de la Chevrolet Volt a été confirmé lors de l’assemblée générale des actionnaires, le mois dernier. Elle sera disponible en concession dès 2010, à 19 000 euros et s’attaquera notamment à la Toyota Prius vendue, elle, 25 000 euros. Dotée du système E-Flex, ses batteries lithium-ion offrent une autonomie de 64 km. Un moteur d’appoint à essence, ou à éthanol E85, permet de porter cette capacité à 640 km. La Volt se recharge en moins de trois heures avec une prise 220 V, ou en six heures avec une prise d’alimentation traditionnelle. Le système E-flex devrait être étendu aux autres marques du groupe (Opel, Saturne) avant l’adoption par la suite d’une pile à combustible pour remplacer le moteur à combustion. « Les véhicules électriques constituent la meilleure solution sur le long terme aux problèmes de l’énergie et du respect de l’environnement », a affirmé le président de GM, Rick Wagoner.

Huit hybrides en production

Dans la famille des hybrides, GM explore deux voies à la fois. Le système BAS, un «stop & Go» qui coupe le moteur à l’arrêt. Il récupère l’énergie au freinage puis la stocke dans une batterie lithium-ion, procurant ainsi un surcroît de puissance en cas de besoin, pour une accélération par exemple. Son atout ? Il s’adapte facilement aux moteurs existants. L’économie de carburant est estimée entre 10 et 25 %. Le système «Full-hybride» ou propulsion bimode autorise des gains de 50 %. Il est composé d’une transmission électrique couplée à deux moteurs intégrés. Il permet de rouler en mode électrique uniquement, jusqu’à 50 km/h. Une batterie nickel-metal récupère l’énergie en phase de décélération, en descente et au freinage. C’est le système de gestion HOS (Hybrid Optimizing System). GM devrait lancer huit modèles dès la fin de cette année aux Etats-Unis. En Europe, la Cadillac Escalade équipée de ce système est annoncée d’ici à douze mois.

L’Ethanol dans l’immédiat

Chez General Motors, on reste convaincu que les biocarburants constituent la meilleure alternative à court terme. La réduction des rejets de CO2 atteint 70 % par rapport à l’essence, selon un calcul « du puits à la roue ». Et pour couper court aux critiques sur l’utilisation de plantes alimentaires, l’américain a noué un partenariat avec la société Mascoma, qui produira dès cette année de l’éthanol cellulosique à partir de déchets végétaux. Il s’est aussi associé à Coskata pour développer des biocarburants issus de déchets industriels, tels que les vieux pneumatiques.

L’hydrogène testé en Californie

Par ailleurs, depuis le mois de septembre 2007, GM teste en condition réelle un modèle doté d’une pile à combustible. Baptisé Hydro- Gen4, ce système affiche une durabilité et des performances supérieures à la génération précédente. L’ensemble est composé d’un empilage de 440 piles connectées en série. Les 4,2 kg d’hydrogène gazeux embarqué fournissent une autonomie de 320 kilomètres. Le moteur électrique de 100 ch (73kW) passe de 0 à 100 km/h en douze secondes. La vitesse maximale atteint 160 km/h. Pour son test grandeur-nature, GM a équipé cent véhicules de quatre places, répondant aux critères de confort et de sécurité des voitures traditionnelles.

PARTAGER SUR