Geneviève Milléquant, A2B: « L’éco-conduite permet d’optimiser tous les postes »

Spécialisée dans les services d’assistance et de support aux utilisateurs de grands systèmes d’information et filiale d’Atos Origin, A2B est à la tête d’une flotte de 350 véhicules dont 80 % sont des utilitaires. Ses dirigeants ont décidé de former leurs conducteurs à l’écoconduite pour faire baisser les consommations globales.

- Magazine N°150
458

L’éco conduite : une pratique écologique et économique

« Nos véhicules parcourent entre 30 000 et 50 000 kilomètres chaque année. Dans ces conditions, le poste carburant a un poids prépondérant. » Geneviève Milléquant, responsable du parc d’A2B, est consciente de la prédominance du carburant au sein du TCO de sa flotte. Devant le coût représenté par ce poste, A2B a décidé de former ses collaborateurs à l’écoconduite. L’entreprise a fait appel à Total qui propose des formations à l’éco-conduite chez Beltoise Evolution à des tarifs négociés. « La première idée était de faire adopter à nos collaborateurs une conduite économe dans l’optique de faire baisser la facture de carburant. Mais nous nous sommes aperçus que la conduite économique influait également sur les coûts d’entretien, sur l’usure des pneumatiques, des freins. L’éco-conduite permet d’optimiser tous les postes. De plus, la conduite économique permet d’adopter une conduite plus sûre. Les sinistres sont moins nombreux. » Et d’insister : « Le comportement du conducteur est primordial tant pour réduire les consommations que pour éviter les accidents. »

C’est un collaborateur d’A2B qui a informé Geneviève Milléquant de l’offre proposée par Total après avoir découvert une publicité en station. Auparavant, la filiale d’Atos Origin avait contacté IPC-ESR, mais les conditions tarifaires consenties par le pétrolier ont fait pencher la balance en sa faveur. De plus, les stages dispensés par Total avec Beltoise Evolution intégraient davantage de formations pratiques sur piste. « La théorie est nécessaire, explique Geneviève Milléquant, mais les formateurs doivent analyser le comportement des collaborateurs en situation réelle. »

Des formations à généraliser

Pour tester les formations, un groupe pilote auquel participait Geneviève Milléquant a suivi une journée de formation chez Beltoise Evolution. « J’ai pu vérifier que les résultats étaient bien au rendez-vous. Ce test a été positif et m’a permis d’appréhender les compétences des moniteurs et leurs qualités de psychologues. » De plus, la gestionnaire de parc a réalisé une enquête auprès des collaborateurs qui ont été formés à l’occasion de ce test : « Ils avaient entre 30 et 35 ans. Ils ont été surpris de constater à quel point leur conduite était routinière. Ils étaient satisfaits que leur conduite habituelle soit remise en cause pour faire diminuer leurs consommations. » Sur sa propre conduite, Geneviève Milléquant a pu mesurer la portée des conseils délivrés. Sur un parcours de 7 kilomètres, effectué à une vitesse moyenne de 34 km/h, son premier passage en conduite normale a révélé une consommation de 6,6 litres aux 100 kilomètres. En adoptant les préceptes de la conduite économique, cette consommation a chuté à 6 litres aux 100 km.

Un autre collaborateur a vu sa consommation passer de 6,7 à 5,8 litres aux 100 kilomètres en suivant les conseils donnés par les formateurs. Bref, les résultats sont tellement probants qu’A2B a décidé de former l’ensemble de ses collaborateurs, soit 120 personnes. Et Geneviève Milléquant de conclure : « Vu les résultats enregistrés, cette formation devrait être obligatoire. Tous les 10 ans, l’ensemble des conducteurs devrait suivre une telle formation en auto-école. »