Gentie adopte et transporte les biocarburants

Avec le transport de TMD, les Transports Gentie renforcent leurs transports de biocarburants et leur propre transition énergétique par la consommation des énergies qu’ils livrent.
910
Gentie Altens
En accompagnant la transition énergétique avec Altens, Transports Gentie se recentre sur les transports de biocarburants.

C’est la collaboration croissante de Transports Gentie avec Altens, dont il transporte les biocarburants B100 et HVO-XTL dans le Sud et l’Ouest de la France et des bitumes depuis l’Espagne, qui a suscité une évolution. Depuis Sansac-de-Marmiesse (15130), Transports Gentie réalise un chiffre d’affaires annuel de 9 millions d’euros en France et à l’international. Ce transporteur dispose de 56 véhicules moteurs, dont 20 Actros Mercedes-Benz, 26 MAN, 8 Scania et 2 Renault Trucks.

Mais alors qu’il possède 39 semi-remorques bâchées ou plateaux et 8 bennes céréalières, c’est avec ses 24 citernes consacrées au transport de produits dangereux, comme les hydrocarbures lourds (bitumes et fiouls lourds) ou les carburants et fiouls domestiques, que Gentie réalise désormais 60 % de son activité. Il espère même atteindre les 80 % en 2023.

Transports Gentie développe aussi ses transports internationaux de bitume et de fioul et de gaz domestiques, notamment grâce à sa collaboration avec Altens.

Valoriser le savoir-faire en TMD

Yann Costensou, directeur général des Transports Gentie

« Développer le transport de matières dangereuses (TMD) valorise notre savoir-faire, rapporte Yann Constensou, directeur général des Transports Gentie. 85 % de nos conducteurs sont agréés ADR, dont 45 % en spécialisation pétrolière. Les prix de transport sont meilleurs, entre 1,3 et 1,5 euro/km, alors qu’en tautliner, les prix plafonnent à 1 euro. De plus, les conducteurs ont un meilleur confort de travail, ce qui réduit le turnover. Nous ne gardons les transports en tautliner que pour les opérations du groupement FLO. En effet, les transports de bitume ne durent que dix mois par an ».

Des tracteurs plus chers de 5 %

Le TMD a cependant des contraintes. « Avec leurs équipements en coupe-circuits, coupe-batterie et en extincteurs, leurs dispositifs antiblocage ABR et ralentisseur de freinage d’endurance et leur vitesse limitée à 80 km/h, les tracteurs ADR coûtent 3 à 5 % de plus qu’un tracteur classique, commente Yann Constensou. Nous compensons en effectuant l’entretien dans nos propres ateliers pour réduire les temps d’immobilisation et en pratiquant de la maintenance prédictive grâce à l’outil de suivi et de géolocalisation Dashboard que nous avons développé en propre. Des exploitants aux comptables, en passant par les gestionnaires de parc et d’atelier, toute l’entreprise l’utilise ».

La maintenance prédictive et l’atelier intégré réduisent les coûts d’entretien et les temps d’immobilisation.

Formation à l’éco-conduite durant les tournées

Le Dashboard contrôle aussi la consommation des véhicules et permet de programmer des sessions d’éco-conduite accompagnée pour les conducteurs. « Ils rechignent à être formés durant leurs tournées mais 95 % d’entre eux constatant des baisses de leur consommation, ils reconnaissent l’avantage de cette formation terrain », souligne Yann Costensou.

Autre source de progrès : Gentie accompagnera Altens dans sa croissance en consommant du HVO-XTL à la place du gazole. « En devenant consommateurs, nous augmenterons notre chiffre d’affaires avec eux de 20 % et nous pourrons nous alimenter chez les revendeurs, commente Yann Constensou. Nous n’aurons donc besoin que d’une seule cuve, ce qui réduira le prix du XTL. De plus, le XTL devrait passer Crit’Air1 en 2023 et nous valoir un suramortissement sur l’achat de nos prochains MAN et Mercedes ».

Gentie pratique l’éco-conduite accompagnée de ses chauffeurs.
PARTAGER SUR