Geodis : 200 Iveco au biogaz pour livrer 35 centres-villes d’ici 2023

Geodis acquiert 107 Daily et 93 Eurocargo au biogaz pour livrer les centres-villes de 35 métropoles françaises d’ici 2023 et devenir l’acteur référent de la livraison urbaine propre en France.
1858
Geodis Iveco biogaz
En 2023, Geodis comptera 163 camions Iveco au GNC et 107 Daily Natural Power alimentés au bioGNC dans sa flotte de distribution urbaine.

Le groupe Geodis choisit la distribution urbaine au biogaz. En vue de décarboner ses livraisons dans les centres-villes des 35 plus grandes métropoles françaises de plus de 150 000 habitants, l’opérateur de transport a ainsi commandé à Iveco 107 Daily de 3,5 t et 93 Eurocargo de 12 t roulant au bioGNC. Débutant fin 2021, les livraisons des véhicules se poursuivront en 2022, le temps pour l’opérateur de transport d’organiser leur avitaillement.

« Vingt stations publiques en ZFE-m se situent à proximité de nos sites, rapporte le transporteur. 17 ZFE-m ne disposent pas de stations et nous travaillons en étroite relation avec GRDF sur la mise en place de stations publiques, comme Saran (45) où les travaux débuteront en septembre prochain pour une station opérationnelle en avril 2022. En cas d’impossibilité, nous avons prévu une enveloppe d’investissement pour adopter des stations dites mobiles. »

En 2023, Geodis comptera 163 camions Iveco au GNC et 107 Daily Natural Power alimentés au bioGNC dans sa flotte de distribution urbaine.
Dans les zones sans station bioGNC, Geodis négocie avec GRDF pour la création de stations GNC publiques ou le recours à des stations mobiles.

Devenir un acteur majeur des livraisons propres

Le choix du GNC s’est imposé logiquement. « Pour livrer les 35 métropoles, nous avons fait le choix de véhicules au GNV alimentés en biogaz car nous avons analysé l’ensemble de l’offre du parc constructeurs et sélectionné un référentiel en fonction de nos usages et de nos critères : fiabilité, fonctionnalité, durabilité, coût, technique, maintenance, etc. », précise le transporteur. Pour le TCO des véhicules, Geodis s’appuie sur l’amortissement en cinq ans de ses camions routiers au GNC et au GNL. En estimant qu’il sera de l’ordre « de + 10 à + 20 % par rapport au diesel, aides déduites et différentiel prix énergétique intégré. »

Geodis reste ouvert aux autres énergies

Pour autant, Geodis ne se pas limitera au GNV. « Nous ne souhaitons pas prendre une orientation définitive sur une seule énergie, précise le groupe. Notre objectif est d’avoir une offre diversifiée allant du gaz à l’hydrogène en passant par les solutions multimodales pour fournir des réponses adaptées en fonction des demandes et des besoins des clients. »

Geodis remplit ainsi la mission qu’il s’est fixée en intégrant l’Alliance Européenne du Transport sans Carbone (ETCA), à savoir « accélérer la décarbonation du secteur du fret routier avec une approche équitable pour l’ensemble du marché. Le déploiement de véhicules à faibles émissions et d’infrastructures énergétiques est une condition essentielle pour permettre la transition du secteur des transports. » Sa prise de position pour le GNC en zone urbaine n’en donne pas moins un cap pour les transporteurs qui veulent adopter une énergie alternative.

PARTAGER SUR