Géolocalisation : « La déferlante des nouveaux services »

Jean-Pierre Lagarde, Rédacteur en chef de Flottes Automobiles, nous donne son point de vue sur les évolutions actuelles dans ce domaine.

- Magazine N°133
438

Big Brother serait-il enfin au rendez-vous…?

Depuis quelques jours en tout cas, c’est une déferlante de nouveaux services qui sont présentés avec tous une même origine : le suivi des véhicules par satellites, et une même vocation : le « Pay as you drive »… Comprenez « payez comme vous conduisez » ! Ainsi Axa en association avec Orange développe une offre d’assurance pour les flottes qui est facturée au kilomètre parcouru, selon le type de route empruntée,mais sans prendre en compte le comportement du conducteur. Toutefois, les vitesses considérées à risque seront mémorisées,même si elles ne seront pas attribuées à un conducteur précis…

Dans le même temps, Cobra France propose également aux assureurs un suivi des véhicules via satellite afin de développer une assurance en fonction de l’utilisation réelle du véhicule. Ici, les assureurs n’ont accès qu’aux données concernant le kilométrage, l’horaire d’utilisation et le type de route utilisée par les véhicules.Toutefois, plus le kilométrage sera important et plus les horaires ou les routes empruntées seront à risque, et plus la prime sera élevée.

Enfin, Cofiparc, filiale d’Arval, vient d’inventer la location longue durée facturée au kilomètre parcouru. Baptisée Mobirythme, elle sera proposée auprès des PME,TPE ou professions libérales. Là aussi, c’est grâce au suivi de véhicules par satellite que seront facturés au kilomètre parcouru les véhicules sous contrat de LLD.Astucieuse, cette formule devrait sans doute séduire d’autres catégories d’entreprises. Reste que l’ensemble de ses solutions s’appuient sur la technologie GPS, propriété de l’armée américaine qui peut, à tout moment, dégrader les signaux.

Le lancement de Galileo n’en devient que plus stratégique. Mais le projet a pris 5 ans de retard et les premières utilisations concrètes ne sont prévues que pour 2013. L’Europe de la télématique a du mal à progresser. Comme l’Europe politique…

PARTAGER SUR