Gestion de flottes : le budget pneumatiques explose

Des tarifs à la hausse, une longévité à la baisse, les pneumatiques prennent de plus en plus de poids au sein du budget des flottes. Face à une gestion de plus en plus complexe, les réseaux spécialisés cherchent à séduire les flottes par le conseil et la qualité du service rendu.

- Magazine N°144
614

Pour les réseaux indépendants, les pneumatiques sont devenus stratégiques pour séduire les flottes. Cette prestation constitue aujourd’hui leur principale source de revenus assurée par la clientèle des entreprises et des loueurs de longue durée. Et chacun des réseaux fourbit ses armes pour gagner des parts de marché. En cette période hivernale, Speedy Fleet est particulièrement offensif. Pour la troisième année consécutive, le département de Speedy dédié aux flottes lance sa grande campagne hiver. Du 3 novembre au 31 mars 2009, l’enseigne offre aux conducteurs quatre contrôles de sécurité contre l’équipement en pneus hiver. Niveau de charge et fixation de la batterie, mise à niveau des fluides et liquides, contrôle de l’état du pare-brise et de la présence d’impact, contrôle des balais d’essuie-glace avant et arrière, contrôle visuel des dispositifs d’éclairage et de signalisation, Speedy Fleet permet ainsi aux conducteurs des flottes de rentrer dans la période hivernale en toute sécurité.

Bien entendu, par cette opération, Speedy Fleet souhaite promouvoir les pneus hiver et ainsi augmenter ses vra en 2009 l’expérience de son Baromètre Pneumatiques. Dédié aux gestionnaires de parcs, le site www.barometrepneumatiques.com réunit tous les mois des spécialistes qui rappellent les conseils nécessaires à l’optimisation du poste pneumatique. Une large partie éditoriale est consacrée à la pression, à l’entretien, à l’usure, aux pneus hiver… Pédagogique, cette communication Internet a vocation à être transmise aux conducteurs. « A ce titre, on ne le dira jamais assez, insiste Rodolphe Noulin, la pression des pneus est primordiale. Les manufacturiers ont beau innover pour diminuer les consommations, si la pression n’est pas la bonne, les économies ne volumes. Mais Speedy Fleet veut également faire preuve de pédagogie : « Pendant la période hivernale, plaide Rodophe Noulin, directeur de Speedy Fleet, les pneus hiver, grâce à leur gomme plus tendre et à une meilleure évacuation de l’eau, assurent une adhérence renforcée et offrent des distances de freinage raccourcies. A 70 km/h, le gain peut être de 6 mètres. »

Reste que les pneumatiques hiver sont encore méconnus en France. Chez Speedy, sur 100 pneus vendus au cours de la période hivernale, seuls 15 sont des pneumatiques hiver. « Nous devons encore faire preuve de pédagogie, reconnaît Rodolphe Noulin. Pour un trop grand nombre, le pneu hiver est un pneu neige. Ce qui n’est pas le cas : le pneu hiver assure de meilleures performances dès que la température descend en dessous de 7°. »

Un rôle pédagogique

Parallèlement à sa campagne hivernale, Speedy Fleet poursuivra en 2009 l’expérience de son Baromètre Pneumatiques. Dédié aux gestionnaires de parcs, le site www.barometrepneumatiques.com réunit tous les mois des spécialistes qui rappellent les conseils nécessaires à l’optimisation du poste pneumatique. Une large partie éditoriale est consacrée à la pression, à l’entretien, à l’usure, aux pneus hiver… Pédagogique, cette communication Internet a vocation à être transmise aux conducteurs. « A ce titre, on ne le dira jamais assez, insiste Rodolphe Noulin, la pression des pneus est primordiale. Les manufacturiers ont beau innover pour diminuer les consommations, si la pression n’est pas la bonne, les économies ne sont pas au rendez-vous. » En 2009, une grande enquête sur les flottes et les pneumatiques sera diffusée dans le cadre du Baromètre.

Parallèlement, Speedy Fleet est satisfait de l’activité générée par les pneumatiques. « Notre développement se poursuit, affirme Rodolphe Noulin. Nous avons signé de nouveaux contrats et notre présence auprès des loueurs de longue durée a augmenté de manière significative. Les différents acteurs de la location longue durée réduisent leur nombre de fournisseurs et ceux qui restent ont droit à une part de marché plus importante. »

Parmi les évolutions technologiques, Rodolphe Noulin constate l’arrivée des pneus « Run Flat » sur les véhicules de moyenne gamme. A ce titre, le réseau met en avant sa capacité à prendre en charge ce type de pneumatiques qui nécessite un équipement et un savoir-faire adaptés.

La différence par le service

Quel que soit le type de pneumatique, les prix sont partis à la hausse. « Les tarifs ont évolué de 10 à 15 % en trois ans, explique Rodolphe Noulin. Ces augmentations sont justifiées par des dimensions à la hausse, par des matières premières de plus en plus chères et par l’arrivée de nouvelles technologies. Malheureusement la longévité de ces pneumatiques est en baisse. Avec l’envolée des coûts, le pneumatique est devenu un vrai sujet de préoccupations pour les flottes. Et plus les prix sont élevés, plus les responsables de flottes écoutent nos conseils. »

Avec ses enseignes Siligom, Côté Route et Eurotyre, le groupe Eurogom est référencé chez l’ensemble des loueurs de longue durée et travaille avec 150 entreprises en direct. Les 510 points de vente du groupe offrent un panel de services dédiés aux entreprises : gardiennage dans certaines régions, outils de gestion, convoyage des véhicules dans certains cas, envois d’alertes et reporting sur les opérations effectuées. « En matière de pneumatiques, les services sont stratégiques, explique Hervé Geronutti, directeur grands comptes. Les enseignes pratiquent sensiblement les mêmes tarifs. La différence va se faire sur les services. C’est pourquoi Eurogom veut se démarquer en apportant une qualité de service supérieure. Les grands comptes sont privilégiés. Si l’un de leurs conducteurs se présente dans le centre à l’heure de la fermeture, l’adhérent remet son bleu de travail et sert le client. »

Des dimensions à la hausse

Chez Eurogom, la clientèle des entreprises et des loueurs représente 40 % du chiffre d’affaires global. Outre l’arrivée de nouveaux clients et le référencement chez de nouveaux loueurs, l’année 2009 a été marquée par la mise en place d’un outil de facturation via Internet. Baptisé EuroFlotte, cet Intranet limite les litiges et diminue la consommation de papier.

Pour Eurogom comme pour l’ensemble des réseaux, la clientèle des flottes est stratégique. « Les entreprises sont fidèles et génèrent une activité importante, reconnaît Hervé Geronutti. La bataille se fait sur les prix, mais quand il devient impossible de baisser les tarifs, la qualité de service fait la différence. »

Face aux réseaux des constructeurs, Eurogom met en avant ses spécificités : « Nous changeons pneumatiques quand ils sont vraiment usés, explique Hervé Geronutti. Or, nos clients apprécient de changer leurs pneumatiques au moment de l’entretien périodique chez le constructeur. Mais, à ce moment précis, le pneumatique n’est pas forcément en fin de vie. Au regard du coût des pneus, il est préférable de faire quelques kilomètres de plus et de changer le pneumatique quand il est vraiment usé. »

Face à l’envolée des budgets dédiés aux pneus, Hervé Geronutti a une explication simple : « Les pneus s’usent de plus en plus vite, notamment avec la généralisation des ronds-points et car les véhicules sont de plus en plus lourds. De plus, les constructeurs font partir les dimensions à la hausse. Des pneumatiques 17 ou 18 pouces ne sont plus rares aujourd’hui alors qu’il y a 7 ou 8 ans, nous en voyions très peu. »

Pour répondre à une demande de ses clients, le groupe Eurogom propose une solution spécifique de gestion pour compte. Pour cela, l’enseigne a noué un accord de partenariat avec Syscars Services dont la plate-forme est installée à Lyon. « La demande en matière de conseils et de suivi de parcs est de plus en plus importante, constate Hervé Geronutti. Les entreprises veulent changer leurs pneumatiques quand cela est nécessaire. Nous sommes là pour les conseiller dans ce sens et dans le choix de pneus adaptés à l’usage réel. Notre mission : optimiser ce poste de dépenses. »

Des positions stables

Si ces dernières années, les réseaux indépendants ont conquis de nouvelles parts de marché, Hervé Geronutti constate que les réseaux des constructeurs reviennent en force sur le marché des pneumatiques. Une tendance également observée par Philippe de Jenlis, directeur commercial de Profil + : « Le marché du pneumatique est mature, pas forcément en développement. Tout le monde essaie de conserver ses parts de marché ou d’en prendre aux concurrents. Les constructeurs réalisent les révisions tous les 30 ou 40 000 kilomètres. Ils cherchent à développer d’autres prestations. Cela étant, bon an, mal an, les parts de chacun restent les mêmes : un tiers pour les réseaux indépendants, un tiers pour les centres autos et un tiers pour les réseaux des constructeurs. »

La fin des marques «premium» ?

Face à la concurrence, Profil + fait valoir ses arguments : « Nous avons les pneus en stock, explique Philippe de Jenlis. Nous intervenons donc rapidement. De plus, nous assurons une prestation de qualité. Plus de 120 de nos points de vente sont certifiés Qualicert. La totalité, soit 350 points de vente, le sera à la fin de l’année 2009. Nous offrons donc des processus homogènes. » Facturation centralisée, reporting via l’envoi de document électronique, Profil + est équipé pour répondre à la demande des entreprises et des loueurs auprès desquels l’enseigne revendique la troisième place. « Notre ambition est de remonter en deuxième ou en première position », affirme Philippe de Jenlis. Depuis 2007, l’enseigne accélère sa montée en puissance. Réunion de 17 indépendants aux enseignes disparates, le groupement a décidé en 2007 de créer une seule marque commune : Profil +. 2008 est donc une année de transition avec le passage des différents points de vente aux couleurs de la nouvelle enseigne. Désormais, Profil + a décidé de communiquer pour construire sa notoriété et accélérer son développement.

Comme ces confrères, Philippe de Jenlis constate la hausse du coût des pneumatiques. « Certains véhicules de 110 ch sont équipés des mêmes pneumatiques que des véhicules de 150 ch. L’indice de vitesse demandé est V ou W alors que le véhicule ne dépasse pas les 160 km/h. Dans ces conditions, pourquoi ne pas monter des pneus en T ou V ? Le prix d’un pneu de marque «premium avec un indice V ou W donne à réfléchir. Cet état de fait incite les consommateurs à changer de marque. Ce n’est pas encore le cas dans les flottes, mais cela pourrait le devenir dans un environnement économique qui se tend. »

Trois services à la carte

Filiale de Michelin, Euromaster compte 330 centres de services en France et 1 650 dans 10 pays. Pour les flottes, Euromaster propose trois services à la carte. Le premier, Master Fleet, est symbolisé par une carte de reconnaissance avec le numéro du compte et le libellé du client. Cette carte permet à l’utilisateur d’être correctement identifié dans le réseau et garantit le respect du cahier des charges de l’entreprise. Baptisée Master Parc, la deuxième offre complète la première par l’envoi de statistiques de consommation sur les 12 derniers mois glissants. Ainsi, les entreprises peuvent-elles appréhender leur budget total ou par véhicule. Enfin, Master Plan est une offre de fleet management dédiée aux pneumatiques avec suivi du cahier des charges du client, respect du quota de pneus été et/ou pneus hiver et reporting détaillé qui permet d’établir un prix de revient kilométrique des pneus.

Euromaster dispose également d’ateliers mobiles qui assurent sur site le montage et l’équilibrage et contrôlent l’état des pneus. Cette année, Euromaster a mis en place un programme de visites régulières des ateliers mobiles dans les parcs de ses clients pour surveiller l’état des pneus.

Pierre Coquard, directeur des ventes adjoint et responsable du marché grands comptes, constate un intérêt grandissant des entre- prises pour les pneumatiques hiver : « Cette évolution est importante en raison, notamment, d’un changement dans le vocabulaire. On ne parle plus de pneus neige, mais de pneus hiver. Nos clients n’attendent plus la neige pour s’équiper. Les pneus été perdent de leur efficacité en matière d’adhérence et de freinage dès que la température tombe en dessous de 7°. »

Une bonne conduite pour des pneus durables

Comme ses confrères, Pierre Coquard reconnaît que les pneumatiques ont un prix de plus en plus élevé et une durée de vie de moins en moins longue. « Les manufacturiers, plaide-t-il, répondent aux demandes techniques des constructeurs qui travaillent sous la pression des réglementations nationales et européennes (normes Euro, confort, silence…). Ces mêmes constructeurs cherchent à répondre aux attentes des automobilistes (sécurité, longévité, économies…). De plus, le prix des pneus est lié à leur taille et à leurs performances or, les pneumatiques d’une Opel Corsa d’aujourd’hui ont les mêmes dimensions que ceux d’une Renault Safrane de 1998. Cela étant, le kilométrage des pneumatiques «premium » bien gonflés sur un véhicule bien réglé n’est pas en forte baisse. Les évolutions des conditions de roulage (les ronds-points par exemple) et de la technologie des véhicules (ABS, ESP) modifient les contraintes sur le pneumatique de façon peu perceptible pour le conducteur, mais d’une manière bien réelle. »

Pour sensibiliser les conducteurs et les entreprises à l’importance des pneumatiques, Euromaster mène plusieurs actions. Ainsi, l’enseigne a créé un pack destiné aux conducteurs pour les sensibiliser à l’importance de l’écoconduite. Autre action, Euromaster propose des stages sur piste pour tester l’adhérence et le freinage des pneus hiver et des pneus été sur revêtement sec et mouillé. Enfin, la filiale de Michelin se déplace dans les entreprises pour organiser des journées dédiées à la sécurité avec contrôle de l’état des véhicules présents sur le parc et sensibilisation à l’éco-conduite à travers des ateliers de formation.

Comme pour l’ensemble de la flotte, l’heure est donc à la mobilité durable. Le pneumatique n’échappe pas aux efforts consentis par chacun : les manufacturiers, tout comme les enseignes et les gestionnaires de parcs cherchent aujourd’hui à réduire les consommations. Et ce qui est bon pour le portefeuille de l’entreprise l’est également pour la planète.