Gestionnaire de parc : les formations continues pour accélérer sa carrière

Multitâches, souvent sans formation initiale spécifique, le responsable de parc doit opter pour des formations continues. Avec le choix entre des cursus courts ou plus longs, plus généralistes et diplômants.

4091
INSERR

En matière de formation, les responsables de parc n’ont que l’embarras du choix. Car la profession souffre d’un double symptôme. Tout d’abord, il n’existe pas de formation initiale spécifique de type bac + 2, licence ou master en gestion de parc automobile. Ensuite, nombre de gestionnaires apprennent leur métier sur le tas.

Apprendre sur le tas

« On m’a attribué la gestion d’une flotte, explique un gestionnaire travaillant dans une grande société française. Je gère le parc au quotidien. C’est de loin mon activité la plus chronophage ». Notre homme, âgé de 52 ans et percevant 54 000 euros bruts par an, préfère garder l’anonymat. Son employeur ne l’autorise pas à parler aux médias. Après trente ans de carrière, cet autodidacte n’a pas de diplôme mais il fait « le métier. Cela demande beaucoup de travail et de l’autoformation permanente. Pour les questions techniques comme la gestion de contrats, j’envisage de me former via un coach qui, sur site, va éplucher mes contrats. » Ce coaching/formation constitue une solution. Mais elle est onéreuse.

Alors, comment bien se former ? La première solution est de développer, une à une, ses compétences en suivant des formations continues, même s’il existe très peu de cursus « gestion de flotte » sur le marché. Ainsi, Flottes automobiles développe la plupart des rares cursus spécialisés dans ce domaine par le biais de l’IMVE, l’Institut du Management des Véhicules d’Entreprises (voir le site).

Dans ce cadre, Flottes automobiles aligne différents thèmes avec plusieurs sessions par an, et aussi la possibilité de faire du sur mesure : « LLD : quels leviers de négociation avec votre loueur ? » ; « Optimiser la gestion et les coûts du parc automobile (secteur public et secteur privé) » ; « Mettre en place un plan de prévention » ; « Les missions du gestionnaire de parc » ; « L’éco-conduite et son management ».

Opter pour la formation continue

Robert Maubé, expert-conseil en gestion de flotte pour le cabinet RRMC et Flottes Automobiles, est l’un des formateurs de ces cursus « Identifier et maîtriser les missions du responsable de parc » : « Je donne une formation de deux jours où mes étudiants apprennent à calculer un TCO. Il faut suivre ce type de cours le plus tôt possible pour prendre et apprendre les bonnes pratiques. Mes élèves sont de plus en plus jeunes (25-30 ans), avec deux à trois ans d’expérience professionnelle ».

Il existe aussi d’autres cursus sur ce marché. La société Orsys formation commercialise un cursus de deux jours dénommé « Optimiser l’achat et la gestion d’une flotte entreprise : flotte automobile, télécom, informatique ». De son côté, le groupe IGS dispense, via sa filiale spécialisée en assurance, un cours dont le thème est « Flottes automobiles : assurance et gestion de sinistre ».

Ces cursus courts sont importants pour maintenir son employabilité. Mais si l’on souhaite accélérer sa carrière, il sera indispensable de suivre un cursus long et diplômant ‒ particulièrement pour les autodidactes et les personnes peu diplômées. Une démarche qui débloque souvent des carrières.

Gestionnaire et technicien

Les bacheliers peuvent suivre un DUT GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations) ou un BTS Management des unités commerciales ou comptabilité et gestion. « Le métier de gestionnaire de flotte est double, commente Patrick Martinoli, directeur de la gestion des véhicules pour Orange. Il nécessite des compétences en gestion et en techniques automobiles. Soit, c’est mon cas, on dispose d’une bonne culture technique, je suis ingénieur, et on apprend la gestion sur le tas. Soit on possède un cursus en gestion et c’est l’automobile que l’on apprend sur le tas. En général, les employeurs font plus confiance aux titulaires d’un diplôme initial en gestion », complète Patrick Martinoli. Ce dernier dirige une équipe de dix personnes et gère 19 100 véhicules.

L’IUT de Lyon propose en cours du soir un DUT modulaire en « Gestion des entreprises et des administrations option gestion comptable et financière ». Le Cnam dispense aussi, en cours du soir, des cursus pour décrocher le DUT GEA. L’IUT d’Évry (91) a dans son catalogue un DUT Gestion Logistique et Transport en formation continue. Il existe aussi des BTS transport et prestations logistiques. Le formateur Promotans en réalise via des cours à distance.

Choisir les IAE ou les écoles

Liés aux universités, les Instituts d’Administration des Entreprises (IAE) peuvent aussi être des établissements intéressants pour se former en continu. L’IAE de La Rochelle forme des salariés en « Master administration des entreprises spécialité management général en e-learning ». Les écoles s’y mettent aussi comme l’EM Normandie avec son diplôme de niveau bac + 5 en un ou deux ans en e-learning. Ce cursus est ouvert aux diplômés de niveau bac + 2.

Toujours dans la veine des cursus de niveau 1 (bac + 5), il existe aussi toute la gamme des Mastères spécialisés. L’école nantaise Audencia dispense un « Mastère spécialisée Management Global des Achats et de la Supply Chain (MS MASC) ». Il permet à la fois de disposer d’un cursus valorisant sur le thème des achats, le tout en alternance ou via la formation continue.

PARTAGER SUR