• Mots clés connexes
  • GNV

GNV : le gaz n’a pas dit son dernier mot

Malgré une offre restreinte de véhicules compatibles, le GNV (gaz naturel pour véhicules) a encore une carte à jouer sur le marché des flottes, notamment avec les utilitaires et les poids lourds. Cette énergie, plus propre mais aussi moins taxée que l’essence et le gazole, représente également une alternative « low tech » au véhicule électrique.

- Magazine N°259
1820
GNV - Parmi plus de 60 000 véhicules, le GNV ne réunit que 275 VUL et 12 poids lourds au sein de la flotte de La Poste. L’opérateur postal mise avant tout sur l’électrique avec 39 000 véhicules électriques au total.
Parmi plus de 60 000 véhicules, le GNV ne réunit que 275 VUL et 12 poids lourds au sein de la flotte de La Poste. L’opérateur postal mise avant tout sur l’électrique avec 39 000 véhicules électriques au total.

Le 2 mars dernier, le P-DG du groupe Volkswagen, Herbert Diess, a déclaré dans le quotidien économique allemand Handelsblatt vouloir « abandonner progressivement les motorisations au gaz naturel ». En cause, des ventes insuffisantes qui ne justifieraient pas de nouveaux investissements.

Un coup dur pour la filière GNV, d’autant que le groupe allemand est l’un des seuls, avec Fiat, à miser sur cette énergie avec sa gamme TGI, soit une vingtaine de modèles répartis entre autres chez Volkswagen, Skoda et Seat. Néanmoins, cela ne signifie pas l’arrêt immédiat de la production : les modèles existants et même les produits récents, telles que la Seat...

PARTAGER SUR