GNV : où en est la France ?

À l’occasion d’une conférence de presse, l’Association française du GNV (AFGNV) a fait le point sur le développement des véhicules GNV en France et sur ses perspectives à court et moyen terme.

1718
Fraikin GNV - Iveco Daily

Selon les chiffres de l’Association française du GNV (AFGNV), 17 796 véhicules roulant au gaz étaient en circulation en France en novembre 2018, dont 3 199 bus, 2 282 poids lourds et 7 214 VUL. Le territoire français compte désormais 130 points d’avitaillement dont 26 réservés aux véhicules légers. « Et nous serons à 195 points d’ici fin 2019, a annoncé Jean-Claude Girot, président de l’AFGNV. Cela nous permettra très certainement d’atteindre l’objectif de 250 points GNC et GNL en 2020, sachant que le gouvernement avait prévu 80 points fin 2020 », a estimé Jean-Claude Girot.

afgnv stats 2018
Source : AFGNV

Pour l’instant, le bioGNV ne représente que 9 % du mix énergétique du gaz naturel en France. « Il existe 80 sites d’injection de biométhane à ce jour, avec une capacité de production annuelle de 1,3 TWh, soit de quoi alimenter plus de 4 000 bus ou camions, a indiqué Véronique Bel. Actuellement, 70 % du biogaz est utilisée pour la consommation des véhicules et nous pensons rester sur des taux identiques. » Cependant, GRTgaz a enregistré 661 projets dans la file d’attente de raccordement des installations d’injection de biométhane, pour une capacité maximale cumulée de 14 TWh par an.

L’ambition de l’AFGNV est d’atteindre 55 000 véhicules lourds et 50 000 utilitaires roulant au gaz en 2022, avec un réseau de 680 points d’avitaillement et 20 % de bioGNV. L’association anticipe même un parc de 220 000 PL et 250 000 VUL en 2030, avec 2 000 points d’avitaillement et 40 % de bioGNV.

Le GNV en retard sur le segment des VUL

Concernant les VUL, la France est en retard sur ses voisins : « C’est le seul pays qui a vu baisser le nombre de nouvelles immatriculations de véhicules GNV entre 2017 et 2018, à – 37 %, a indiqué Vincent Rousseau, directeur de projet mobilité durable de GRTgaz. Sachant qu’il n’y a pas de constructeur français qui propose du GNV. » Et faute de réseau d’avitaillement suffisant, plusieurs constructeurs ne proposent pas encore leurs modèles en France.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

VL GNV europe
Source : AFGNV

Malgré tout, dans son étude « mix powertrain », la Filière automobile et mobilités (PFA) a évalué à 950 000 le nombre de véhicules légers GNV en circulation en France en 2030, et à 1,8 million en 2035. Selon l’AFGNV, 1 700 stations GNV seraient ainsi nécessaires en 2035, soit un investissement de 1,2 milliard d’euros. « C’est l’équivalent du réseau actuel de GPL », a noté Vincent Rousseau. La capacité de production nécessaire s’élèverait à 20 TWh par an, soit 5 % du gaz actuellement consommé (460 TWh).

projections PFA VL GNV
Source : PFA

Des dispositifs incitatifs pour les entreprises

Reste maintenant à encourager l’acquisition de véhicules GNV. Bien que ceux-ci ne bénéficient pas du bonus écologique, plusieurs dispositifs incitatifs existent. « Le GNV bénéficie d’un faible taux de TICPE gelé jusqu’à 2022, ce qui apporte de la lisibilité et de la visibilité aux acteurs qui s’engagent dans l’achat d’un véhicule GNV, et il y a une récupération totale de la TVA sur les dépenses de carburant des entreprises, a rappelé Véronique Bel, directrice de la mobilité gaz chez GRDF. En parallèle, la loi de finances pour 2019 a prolongé le dispositif de suramortissement jusqu’au 31 décembre 2021 et l’a étendu aux VUL de plus de 2,6 t, avec différents taux selon la typologie des véhicules.

A lire également : Fiscalité 2019 : une transition difficile

L’Ademe a également lancé deux appels à projets pour le déploiement de 119 stations GNV et 2 500 véhicules GNV associés. Dans le cadre des Certificats d’économies d’énergies, les flottes sont aussi incitées à rejoindre le programme EVE (Engagements Volontaires pour l’Environnement des acteurs de la chaîne logistique et du transport de voyageurs). Enfin, de nombreux territoires proposent désormais des aides locales à l’achat de véhicules ou à la création de stations, notamment dans les régions Normandie, Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine ou encore la Vendée.