GreenTropism innove pour la propreté des véhicules partagés

C’est lors du NUMA Data City DemoDay, le 12 juin dernier à Paris, que la start-up spécialisée dans l’intelligence artificielle GreenTropism a présenté les résultats d’un projet sur la « propreté embarquée », futur défi de la mobilité partagée.

1020
GreenTropism

Le projet porté par GreenTropism explore des solutions dans le but de garantir le confort et la sécurité des occupants dans les voitures partagées, alors que le volume des flottes partagées « devrait être multiplié par 4 d’ici 2035 » selon Anastasia Yarygina, chef de projet incubation start-ups de Hyundai, partenaire du projet aux côtés de Total, d’Ubeeqo et de l’incubateur d’entreprises NUMA.

La propreté : défi majeur de la mobilité partagée

Dans le cadre de ce projet, GreenTropism a analysé les sources les plus courantes de saleté à bord des voitures et essayé d’identifier celles qui représentaient le plus gros risque d’inconfort pour les occupants. La start-up a utilisé des capteurs physiques pour collecter des informations sur la propreté de l’habitacle. Parmi celles-ci, figurent des images et des données sur l’air ambiant ou des tâches diverses comme le café ou le cacao. Et cela est possible grâce à la technique de la spectrométrie couplée à des algorithmes d’apprentissage automatique qui permettent l’analyse en temps réel des spectres d’émissions des matières et ainsi de les identifier.

 

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter