La chasse au CO2 est ouverte

  • La chasse au CO2 est ouverte
  • Guy Consumi, Chef du service parc auto au Conseil Général des Yvelines : « Grâce à l’auto-partage, j’envisage de réformer 5 % des véhicules »

Guy Consumi, Chef du service parc auto au Conseil Général des Yvelines : « Grâce à l’auto-partage, j’envisage de réformer 5 % des véhicules »

Le Conseil Général des Yvelines possède une flotte de 630 véhicules. Guy Consumi, chef du service parc auto, détaille les démarches entreprises par le département pour réduire l’empreinte environnementale de sa flotte.

- Magazine N°154
832

Notre budget annuel dédié au carburant s’élève à 550 000 euros. Le périmètre de la flotte va s’agrandir en 2010. Notre budget prévisionnel réserve 575 000 € pour le carburant pour une enveloppe globale de 902 810 €. Le co-voiturage et l’éco-conduite participent à la réduction des émissions de CO2. De plus, si l’éco-conduite est généralisée à l’ensemble des agents, les économies sont réalisées non seulement sur les trajets domicile-travail mais également lors des déplacements personnels.

Autre avantage, les économies réalisées leur redonnent du pouvoir d’achat. Avant de choisir un organisme de formation, la direction des ressources humaines a organisé un marché public auquel ont répondu trois acteurs. Nous avons choisi Mobigreen, la filiale de la Poste, qui va enseigner les principes de l’éco-conduite à certains de nos agents qui deviendront formateurs pour l’ensemble de nos 4 000 agents. Il faudra trouver en interne des volontaires qui ont la foi, disposent des compétences requises et affichent des qualités de pédagogue. Avoir nos propres formateurs nous permettra de faire baisser les coûts qu’implique la formation de l’ensemble de nos agents. Pour le moment, depuis septembre dernier, nous avons formé 24 agents. Il s’agit des plus gros rouleurs.

Bien sûr, l’objectif est de faire baisser les consommations, mais je n’ai pas encore calculé les bénéfices réalisés. En revanche, nos agents qui disposent d’un ordinateur de bord discutent entre eux et comparent leurs consommations ; ce qui crée une saine émulation. Nous effectuerons une piqûre de rappel dans un an à l’aide d’un simulateur de conduite. Il est difficile de faire changer les habitudes de chauffeurs qui, pour certains, ont 30 ans de métier derrière eux. Quant aux effets de l’éco-conduite sur la baisse de la sinistralité, je reste sceptique. Les conducteurs ont tendance à regarder le compte- tours, le compteur et non la route, ce qui pourrait provoquer davantage de légers accrochages. Parallèlement, l’un de nos agents a pour mission d’animer le Plan de Déplacement de l’Entreprise. Le co-voiturage est organisé via l’Intranet. De plus, je travaille à la création d’un espace sur l’Intranet pour mettre en place un système de mutualisation des véhicules. Il suffira de réserver les véhicules sur le site comme c’est déjà le cas pour les salles de réunion.

Aujourd’hui, certains parcourent 5 000 kilomètres par an, d’autres 15 000. Mettre les véhicules en pool me permettra d’optimiser leur utilisation. Grâce à l’auto-partage, j’envisage de réformer 5 % des véhicules. Depuis février, j’expérimente cette solution avec un pool de 21 véhicules. En septembre, j’ai fait un premier bilan et j’ai retiré deux véhicules. Personne ne s’en est aperçu alors qu’auparavant, on me demandait toujours des véhicules supplémentaires. Certains agents rentrent chez eux avec le véhicule du Conseil Général alors qu’ils n’en ont pas le droit. Je retrouve parfois des sièges enfant dans les véhicules de service. En créant des pools, j’évite ces utilisations abusives. Au-delà de la gestion de la flotte, ma mission me conduit à avoir un rôle social et demande des qualités de pédagogue. Le véhicule cristallise les passions.

La chasse au CO2 est ouverte

  • La chasse au CO2 est ouverte
  • Guy Consumi, Chef du service parc auto au Conseil Général des Yvelines : « Grâce à l’auto-partage, j’envisage de réformer 5 % des véhicules »
PARTAGER SUR