H2Accelerate : Daimler, Volvo, Iveco, Shell et OMV misent sur l’hydrogène

Pour accélérer la mobilité hydrogène, Daimler démarre le projet H2Accelerate avec Volvo, Iveco, Shell et OMV. Objectif : créer une filière électro-hydrogène européenne.
1951
H2Accelerate
Daimler, Volvo et Iveco prévoient de vendre plusieurs centaines de VI à hydrogène d’ici 2026, puis plus de 10 000 avant 2030.

Avec H2Accelerate, Daimler, Volvo et Iveco et les fournisseurs d’énergie Shell et OMV collaborent pour accélérer l’usage de l’électromobilité à hydrogène pour les poids lourds européens. Ce partenariat veut créer une filière électro-hydrogène qui permettra à des transporteurs de fret d’adopter rapidement l’hydrogène comme carburant.

Dans le cadre de H2Accelerate, les trois constructeurs développeront ainsi leurs VI à hydrogène, Daimler en joint-venture avec Volvo, et Iveco en partenariat avec Nikola. Objectif : ramener leur TCO au niveau de celui des camions thermiques afin de vendre plus de 10 000 poids lourds à hydrogène avant 2030. OMV et Shell fourniront l’hydrogène que Shell distribuera à travers un réseau de vingt stations à grandes capacités d’ici 2025, puis assez pour alimenter les corridors européens de fret d’ici 2030.

H2Accelerate
Pour utiliser l’hydrogène, la France devra le stocker dans des sites souterrains salins créés dans chacune des quatre régions salines de France.

Distribution locale d’hydrogène

Les cinq partenaires se concentreront sur ce marché. En effet, pour être disponible en toutes circonstances, l’hydrogène doit être stocké en grande quantité dans des sites souterrains salins et être distribué par un réseau gazier souterrain. En France, le Grand-Est, Jura inclus, la région PACA, le Bassin Parisien et l’Aquitaine disposent de sites salins. Coïncidant avec deux corridors européens de fret, ces régions pourront stocker à terme de l’hydrogène, puis le distribuer massivement pour la consommation locale et les poids lourds de passage. Jusqu’à la création d’un réseau national de distribution, les autres régions devront utiliser d’autres énergies.

H2Accelerate
Les corridors européens de fret traversant les zones salines françaises, H2Accelerate vise ces régions pour développer leur marché.

La FNTR validera une conversion accompagnée

La Fédération nationale du transport routier apprécie cette démarche impliquant des constructeurs et des énergéticiens. Mais à condition que « celle-ci s’inscrive dans une réflexion de filière, précise Vanessa Ibarlucea, directrice de la communication. Les transporteurs sont favorables à la transition énergétique mais ont une approche pragmatique du carburant. La technologie hydrogène est moins verte et plus coûteuse que le biogaz et l’OIeo100, qui s’inscrivent dans une économie circulaire, complète cette dernière. Pour que les transporteurs investissent dans l’hydrogène, il faudra que les pouvoirs publics rendent la motorisation à hydrogène financièrement accessible ou accompagnée par des aides d’État à long terme. Le transport pour compte propre, pratiqué par les artisans, certaines entreprises et les collectivités, devra lui aussi investir », conclut Vanessa Ibarlucea.

Objectifs de H2Accelerate pour 2025 et 2030
PHASE 1 PHASE 2
Lancement des 1ers camions et stations Couverture européenne
Quelques centaines de camions

+ de 20 stations de grande capacité

Tester le concept de stations à grande capacités

Sélection des emplacements/clusters

2nde moitié des années 2020 : atteindre un volume de production en milliers

Atteindre rapidement plus de 10 000 camions

Couverture européenne des principaux corridors de circulation

Stations de grande capacité fiables

 

Notre dernière brève sur l’hydrogène