Recharge électrique : les conducteurs privilégient le domicile

Selon une enquête de LCP Delta, 65 % conducteurs de véhicules électrifiés en Europe en 2022 ont rechargé leur véhicule à leur domicile. Le cabinet européen de recherche et de conseil spécialisé dans la transition énergétique avance toutefois que la recharge au travail progresse.
889
recharge électrique
© shutterstock

LCP Delta (anciennement Delta-EE) a publié son rapport annuel sur les habitudes de recharge électrique des conducteurs de véhicules électrifiés (VE) : véhicules électriques (BEV) et hybrides rechargeables (PHEV). Le cabinet s’est intéressé à huit marchés en Europe : Allemagne, Espagne, France, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne (inclus pour la première fois), Royaume-Uni. L’étude a rassemblé 1 170 répondants. 88 % d’entre eux ont un VE comme voiture principale, dont 50 % un BEV et 38 % un PHEV. Et les 12 % restants utilisent un VE comme second ou troisième automobile.

D’après l’enquête de LCP Delta, les conducteurs de VE n’ont pas changé leurs habitudes : la recharge électrique s’effectue toujours principalement à domicile. En effet, 65 % des conducteurs interrogés rechargent leur véhicule à domicile, contre 11 % sur le lieu de travail et 24 % en itinérance en 2022.

Plus de la moitié des conducteurs ont une borne de recharge chez eux

À domicile, 58 % des conducteurs de VE ont un point de recharge privé et dédié en Europe en 2022, soit + 8 points par rapport à 2021. Près d’un quart des répondants utilisent encore une prise classique ou renforcée.

Au Royaume-Uni, 65 % des conducteurs de VE utilisent un point de charge privé et dédié en 2022, contre seulement 38 % pour la Pologne. En France, 51 % des conducteurs de VE ont recours à un point de charge privé et dédié en 2022 (+ 14 points comparé à 2021). À l’inverse, 28 % de conducteurs de VE utilisent une prise classique ou renforcée pour recharger à domicile en 2022 (- 12 points par rapport à 2021) dans l’Hexagone.

En effet, 78 % des conducteurs de VE interrogés ont accès à un garage privé, une allée ou un abri pour leur voiture dans leur résidence en 2022. C’est notamment le cas en Italie et en Norvège, avec respectivement 83 % et 88 % des répondants.

Près d’un quart des conducteurs rechargent plus de cinq fois par semaine

En termes de fréquence de recharge, seuls 4 % des conducteurs interrogés branchent quotidiennement leur VE en 2022. En termes de sessions de recharge, 65 % des chauffeurs rechargent leur BEV trois fois par semaine ou moins, contre 61 % des conducteurs de PHEV. À noter que LCP Delta n’a pas comptabilisé les résultats pour la Norvège sur ce point du fait d’une erreur de traduction. En moyenne, 24 % des conducteurs rechargent leur VE plus de cinq fois par semaine en Europe en 2022, avec 22 % pour les conducteurs de BEV en moyenne et 26 % pour les conducteurs de PHEV.

Une recharge sur le lieu de travail qui tend à augmenter…

La recharge sur le lieu de travail ne représente actuellement que 11 % de la recharge hebdomadaire moyenne en 2022. « Toutefois, les conditions post-covid auraient entraîné une augmentation de l’utilisation de la recharge des véhicules sur le lieu de travail par rapport à l’enquête de 2021. Ce pourcentage sur le lieu de travail est susceptible d’augmenter à mesure que la recharge sur le lieu de travail devient un substitut à la recharge à domicile », affirme LCP Delta.

Selon son rapport, 83 % des conducteurs ont utilisé leur VE pour se rendre au travail en 2022 (+ 12 points par rapport à 2021) et 24 % pour leurs déplacements professionnels (+ 14 points par rapport à 2021). D’ici 2030, le cabinet estime que la recharge sur le lieu de travail représentera environ 20 % des points de charge installés en Europe.

… avec une prise en charge des frais

Concernant la prise en charge des coûts de la recharge, 42 % des répondants qui se se rendent au travail ou qui utilisent leur VE pour des déplacements professionnels en 2022 ont accès à des sessions de recharge gratuite au travail (+ 3 points par rapport à 2021). En outre, 28 % paient leur session de recharge sur leur point de charge au travail, 20 % ont une carte ou une application fournie par leur employeur pour la recharge en itinérance et 10 % sont remboursés de leurs frais de recharge à domicile par leur employeur. En revanche, 25 % ont indiqué ne pas avoir d’offre de recharge sur leur lieu de travail et ni de remboursement de leurs frais de recharge à domicile (- 5 points par rapport à 2021).