Heure d’hiver : les usagers de la route doivent redoubler de vigilance

La nuit tombant plus tôt avec le changement d’heure, la Sécurité routière alerte sur les dangers que représente le passage à l'heure d'hiver pour les usagers de la route, en particulier aux heures de pointe (17h – 19h).
6768
Heure hiver route

Alors que le passage à l’heure d’hiver interviendra dans la nuit du 29 au 30 octobre 2022, la Sécurité routière rappelle les risques qu’encourent les usagers de la route quand il fait sombre, et notamment quand la circulation se densifie aux heures de pointe. En effet, ce changement d’heure implique une tombée de la nuit dès 17 h 00, coïncidant avec les sorties d’école et du travail. Et cette baisse de la luminosité peut représenter un danger pour les usagers de la route dits « vulnérables » (car non protégés par une carrosserie), comme les piétons et les cyclistes. La Sécurité routière rappelle alors les bons gestes pour s’en prémunir, avec la « vigilance » comme maître mot.

« Dans les phares d’une voiture, les autres usagers sont visibles à seulement 20 m lorsqu’ils sont vêtus de noir, indique la Sécurité routière. Or, à 50 km/h, une voiture a besoin au minimum de 25 m pour s’arrêter sur sol sec (38 m sur sol mouillé). » Selon la Sécurité routière, les données de l’Onisr recueillies entre 2015 et 2019 montrent une augmentation de 42 %, en novembre, du nombre d’accidents dont sont victimes des piétons, par rapport à octobre. La Sécurité routière recommande alors aux usagers de la route vulnérables de porter des accessoires réfléchissants grâce auxquels ils sont visibles des automobilistes « à 150 m ».

Des équipements obligatoires

Exemples de ces dispositifs rétro-réfléchissants : gilet, brassard, gants, bandes sur le sac à dos, cartable, énumère la Sécurité routière. Qui conseille également de porter des vêtements clairs. Tout en précisant que « certains équipements qui favorisent la visibilité sont obligatoires ». Ainsi, les vélos doivent s’équiper de catadioptres rouges à l’arrière, oranges au niveau des pédales, visibles latéralement. Mais aussi d’un feu blanc à l’avant. De nuit ou lorsque la visibilité est insuffisante, le gilet de haute visibilité (jaune, orange, vert) est « obligatoire hors agglomération ».

Les usagers de trottinettes doivent eux aussi se plier aux règles de sécurité. Et ce, en s’équipant « d’un feu blanc à l’avant, un autre rouge à l’arrière, et de catadioptres arrière et latéraux ». Sachant que « le port du gilet rétro-réfléchissant est obligatoire de nuit ou de jour par visibilité insuffisante ».

Heure d’hiver : prudence et respect du Code de la route

Plus généralement, la Sécurité routière « invite tous les usagers de la route à être plus attentifs » et à « respecter le Code de la route ». De jour comme de nuit, il faudra donc « bien faire attention », notamment aux angles morts (bus et poids lourds en particulier), lors d’un changement de direction à bord d’une voiture ou d’un deux-roues, en traversant (avec la plus grande précaution), ou encore en ouvrant sa portière.

PARTAGER SUR