Homologation des véhicules : la réforme adoptée en conseil des ministres européens

Les 28 États-membres ont accepté de renforcer les procédures d’homologation des véhicules, mais veulent alléger le texte voté par le Parlement européen en janvier dernier.

1579
Les contours du futur contrôle technique précisés

Le 29 mai à Bruxelles, le Conseil des Ministres européens a adopté la position commune des États-membres quant à la réforme de la procédure d’homologation des véhicules. Cet accord marque l’avant-dernière étape avant l’entrée en vigueur de la loi, après sa proposition par la Commission européenne en janvier 2016 suite à l’affaire Volkswagen et son vote par le Parlement en février 2017.

À l’heure actuelle, la position commune est une version allégée du texte voté par le Parlement, rédigée par la présidence maltaise. Le Conseil a validé la possibilité pour la Commission européenne de sanctionner directement les constructeurs, avec une amende pouvant s’élever jusqu’à 30 000 euros par véhicule non conforme.

Surveillance du marché : 1 véhicule contrôlé sur 50 000

Le nouveau texte a également approuvé la mise en place d’une surveillance du marché par prélèvement aléatoire de véhicules déjà mis à la route, mais veut réduire la fréquence des contrôles à 1 véhicule sur 50 000, soit 0,002 %, contre 20 % dans la proposition de départ.

En revanche, le Conseil a rejeté trois points importants de la proposition de loi : le financement des contrôles par les États plutôt que par les constructeurs, la limitation de l’homologation (prévue à 5 ans dans la proposition originale de la Commission européenne), et la possibilité d’une évaluation des instances d’homologation des États-membres par leurs pairs.

Les trois parties prenantes – Commission européenne, Parlement européen et Conseil des ministres –, doivent maintenant s’accorder sur le contenu du texte lors d’un « trilogue », les négociations finales précédant sa publication.

PARTAGER SUR