Huit modules de gestion pour Parck

Créé en 1986, Europarck a lancé son logiciel Parck en 1990. Depuis, le soft a connu des évolutions importantes.

- Magazine N°136
928

« La technique a évolué comme le métier de gestionnaire qui est devenu moins technique et plus financier », explique Franck Lallet, Directeur commercial. Le logiciel Parck a séduit plus de 800 clients qui sont à la tête de parcs de toutes tailles et ont adopté différents modes de financement. Les flottes gérées par Parck possèdent de 12 à 1 000 cartes grises. Parck est l’anagramme de Programme d’Analyse et de Recherche des Coûts Kilométriques.

Il intègre huit modules de gestion. « Notre objectif n’est pas d’informatiser à outrance, mais bien de proposer des modules qui répondent aux besoins de nos clients, explique Franck Lallet. S’ils ne possèdent pas d’atelier, ils ne prennent pas le module atelier. Seul un module est obligatoire : l’inventaire des véhicules. Les sept autres sont autonomes et viennent s’ajouter à ce premier module. »

Le logiciel peut être installé en monoposte ou en réseau. La plupart des clients d’Europarck ont opté pour la configuration en réseau. Parck gère tous les types de véhicules et d’engins et ce, du bus à la tondeuse électrique. L’utilisateur établit lui-même ses tableaux de bord et les présentations sont paramétrables. Le logiciel possède des interfaces pour communiquer avec les principaux loueurs français et intègre ainsi facilement leurs facturations qu’il contrôle par rapport aux contrats signés.

Dans tous les modules, Parck intègre des générateurs d’états, de requêtes et de graphiques. Parck propose donc sept modules sur option : sinistres, atelier, pool de véhicule, pneumatiques… Europarck peut prend en charge la récupération des données, l’installation du logiciel, le paramétrage, la formation de l’utilisateur et aussi la maintenance qui inclut une mise à jour par an.