Publi-Communiqué

Hybride : des économies avant tout en cycle urbain

Malgré un surpoids dû à la batterie et à la sophistication du système, les hybrides offrent des prestations routières quasiment identiques à celles des modèles thermiques, autant de puissance et de polyvalence.

647
Hybride : des économies avant tout en cycle urbain

Et certains constructeurs haut de gamme vont jusqu’à exploiter l’hybridation pour accroître les performances de leurs modèles, comme BMW, Lexus ou Audi qui engagent des engins hybrides pour courir aux 24 Heures du Mans.

En règle générale cependant, cette technologie entend apporter un avantage économique et environnemental à l’usager. Un avantage qui se vérifie surtout en ville et sur les parcours urbains. Car c’est précisément à basse vitesse et lors des phases marche/arrêt répétées que le système donne sa pleine mesure. En effet, plus la fonction électrique est sollicitée, plus elle contribue à baisser la consommation et les émissions du moteur thermique. Sur la durée, rouler en mode 100 % électrique sur quelques kilomètres et jusqu’à 50 km/h génère de belles économies. Sur les routes en revanche, l’intérêt de l’hybride s’atténue et son bilan énergétique n’apparaît pas meilleur que celui d’un bon diesel.

Pour tirer au mieux profit de l’hybride, il convient aussi d’adapter sa conduite. Ce qui nécessite un peu de pratique et d’apprentissage. L’idée est de chercher en permanence le moindre effort mécanique pour favoriser la propulsion électrique. La plupart des modèles hybrides incitent d’ailleurs à pratiquer l’éco-conduite par le biais de leurs animations techniques sur le tableau de bord.

PARTAGER SUR