Publi-Communiqué

Hybride : deux motorisations, plus d’efficacité

Schématiquement, un véhicule hybride comprend deux moteurs : un thermique (essence ou diesel) et un autre électrique.

636
Hybride : deux motorisations, plus d’efficacité

Leur rôle respectif varie selon le niveau d’hybridation. Avec un système « full hybrid » classique, le plus répandu, le moteur électrique est capable d’assurer seul la mise en mouvement jusqu’à une certaine vitesse, puis le moteur thermique prend le relais pour offrir la puissance nécessaire. Les deux peuvent aussi fonctionner ensemble, lors d’une forte accélération par exemple.

Tous les véhicules hybrides s’équipent également d’une batterie pour alimenter le moteur électrique. Dotée de capacités de stockage plus ou moins élevées, celle-ci se recharge par récupération de l’énergie au freinage ou directement sur le secteur dans le cas des hybrides dits « plug-in ». Le système est géré par un boîtier électronique qui se charge de faire fonctionner harmonieusement les deux moteurs en fonction de la puissance demandée, du niveau de charge de la batterie, de l’utilisation du chauffage et de la climatisation. Objectif : optimiser le rendement énergétique, donc diminuer autant que possible consommation de carburant et émissions de CO2.

À la différence des véhicules électriques, les hybrides ne posent pas de problème d’autonomie. Au contraire, ils profitent d’un double stockage d’énergie (batterie + réservoir de carburant), qui lève toute restriction d’usage. Seule contrainte pour les hybrides « plug-in » : ils nécessitent des bornes de recharge pour « faire le plein » d’électricité.

Technologie « full hybrid »

Le moteur électrique est capable d’assurer seul la mise en mouvement jusqu’à une certaine vitesse, puis le moteur thermique prend le relais pour offrir la puissance nécessaire. Les deux moteurs peuvent aussi fonctionner ensemble.

PARTAGER SUR